L’image de marque de Snowden déposée

Toutes ces images ont été créées à partir de photographies de Snowden largement diffusées dans les médias et sur internet. Crédit : Reuters

Toutes ces images ont été créées à partir de photographies de Snowden largement diffusées dans les médias et sur internet. Crédit : Reuters

Des hommes d’affaires russes ont décidé de faire enregistrer l’image de l’ancien agent de la CIA Edward Snowden. Les experts estiment qu’il s’agit d’une tentative visant à réaliser un profit rapide grâce à cette personnalité rendue célèbre par les médias du monde entier, tout en ajoutant que le phénomène fait partie d’une tendance. Les stars russes protègent farouchement les droits d’auteurs liés à l’utilisation de leurs noms. Des acteurs, des stars de la télévision, des sportifs et des hommes politiques se tournent ainsi vers l’agence Rospatent.

Rospatent a reçu trois demandes à la fois d’enregistrement de l’image d’une personnalité masculine, « liée au célèbre consultant technique américain Edward Snowden ». Toutes ces images ont été créées à partir de photographies de Snowden largement diffusées dans les médias et sur internet. Sur l’une des images, dans les tons rouge-noir, l’ex collaborateur de la CIA s’est vu rajouter de longs cheveux afin de ressembler à un portrait d’Ernesto Guevara (le « Che »). La seconde image est un dessin en noir et blanc. La troisième est également en noir et blanc et représente Snowden derrière les barreaux, avec la mention Izvestia. Les images de l’ancien collaborateur de la CIA sont enregistrées en rapport avec des vêtements ainsi que les services d’une agence de détectives.

L’initiateur de la demande d’enregistrement est la maison d’édition « Classe politique ». D’après les documents, les auteurs de la demande n’affirment pas que l’image de Snowden ait été choisie comme marque commerciale, mais signalent que l’image est simplement « associée » avec lui. Au sein de l’organisme des brevets l’on ignore si Snowden a donné son accord pour devenir une marque. Toutefois, le consentement de ce personnage sulfureux pourrait ne pas être nécessaire si des corrections sont apportées aux documents, afin de mentionner que les images représentent un personnage de fiction.              

Le recteur de l’Académie d’Etat russe de la propriété intellectuelle Ivan Bliznets estime que la démarche des auteurs de la demande n’est pas tout à fait honnête, compte tenu de la situation juridique indéterminée de Snowden, et sans documents il est difficile de faire valoir ses droits.

Les trois supports commerciaux ont probablement été conçus à partir d’une même image : une prise de vue issue de l’interview vidéo de Snowden donné au journal britannique The Guardian. Comme l’a expliqué le créateur de la célèbre marque de vodka « Poutinka » Stanislav Kaufman, si personne ne peut faire enregistrer le mot « Snowden » mis à part lui-même, il est cependant possible de faire légalement déposer des images. « Le souhait de certains hommes d’affaires de gagner de l’argent en utilisant certaines personnalités médiatiques est clair. Si son portrait sera reconnaissable, Snowden pourra contester en justice l’utilisation commerciale de son image et il aura toutes les chances de gagner », déclare le spécialiste en marketing. Il a indiqué qu’il s’agissait vraisemblablement d’une tentative visant à réaliser rapidement des profits tant que le célèbre lanceur d’alerte est encore présent dans l’actualité en Russie. « Un artiste peut réaliser une peinture représentant Snowden et déposer légalement son œuvre afin de l’utiliser comme bon lui semble, mais cela ne signifie pas que d’autres artistes ne seront pas en mesure de peindre son portrait et de l’utiliser », explique Kaufman.

Les Russes célèbres ont commencé à activement faire déposer leurs noms et images en tant que marque il y a environ trois ans. D’après les statistiques, depuis 2011 plus de trente stars russes ont soumis des demandes d’enregistrement de marques à Rospatent. Pour autant, les objectifs poursuivis sont différents. Certains, par exemple, ne veulent tout simplement pas que leurs noms soient utilisés à des fins commerciales par des personnes tierces, tandis que d’autres au contraire, souhaitent lancer leur propre entreprise en utilisant le nom enregistré.

Les premiers à souhaiter déposer leurs noms ont étés le chanteur pop Philipp Kirkorov et l’interprète de variétés Alla Pougatcheva. La vague la plus dynamique de dépôt de marque a débuté lorsque la sportive, championne du monde de gymnastique rythmique et députée à la Douma d’Etat Alina Kabaeva a fait de son nom une marque déposée en 2011. Son exemple a été suivi par les chanteurs de variétés Timati, Alsou, Dimitri Bilan, Yulia Kovaltchouk. L’artiste Zemfira a déposé plusieurs variantes orthographiques de son nom. L’ancienne collaboratrice des services secrets russes Anna Chapman a également protégé son droit à l’image.

Des sportifs célèbres ont également fait déposer leurs propres noms. Ainsi à l’heure actuelle le footballeur Andreï Archavine, le boxeur Dmitri Pirog et le nageur Vladimir Salnikov ont déposé leurs noms en tant que marques commerciales auprès de Rospatent. Une photographie du célèbre joueur de hockey soviétique Valeri Kharlamov a également été enregistrée.

Les hommes politiques se tournent également vers le bureau d’enregistrement. Par exemple, le chef du « Parti Libéral Démocrate de Russie » Vladimir Jirinovski a fait enregistrer son nom. Il s’agit de l’une des marques les plus anciennes. La majeure partie des images de Jirinovski peuvent être utilisées par lui pour la production de cigarettes et de boissons alcoolisées. Parmi les nombreuses images protégées par le droit d’auteur, beaucoup ressemblent à des étiquettes.    

Comme l’indique l’associé-gérant du cabinet spécialisé en droit de la propriété intellectuelle « Soldatov et associés » Evguéni Soldatov, aujourd’hui, il existe véritablement beaucoup de personnalités connues déposant leurs noms ainsi que des images particulières. Par exemple, la célèbre ballerine et ancienne étoile du théâtre du Bolchoï Anastasia Volotchkova a fait déposer son nom accompagné d’une image de cygne, ainsi que la mention « Théâtre de ballet Anastasia Volotchkova ».

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.