Moscou construit des héliports

L'héliport N°1, installé sur le territoire du Kremlin de Moscou, peut accueillir les giravions de différentes classes à n'importe quel moment de l'année. Crédit photo : AP

L'héliport N°1, installé sur le territoire du Kremlin de Moscou, peut accueillir les giravions de différentes classes à n'importe quel moment de l'année. Crédit photo : AP

La construction de plusieurs héliports est prévue à Moscou. Actuellement, le survol de la ville par les hélicoptères est interdit, cependant, le programme de développement du système de transport urbain à l'horizon 2016 prévoit le développement du transport aérien, impossible sans la levée de l'interdiction actuelle.

Les héliports seront aménagés sur les toits des bâtiments qui abritent les ministères ; les exigences de la sauvegarde des bâtiments historiques devront être respectées. La mesure est prise, probablement, afin de permettre aux chefs du pays d'être plus mobiles et de voyager en transport aérien.

Lisez aussi : 

Un hélipad au Kremlin

L'héliport du chef de l'État au Kremlin est déjà prêt. L'administration du Président compte y accueillir des visiteurs étrangers, des chefs d'État.

Le survol de la ville a été interdit à l'époque soviétique. La norme est toujours en vigueur pour « protéger les sites publics importants pour la sécurité nationale ». Des exceptions sont faites uniquement pour l'EMERCOM, les ambulanciers, la police et les hauts dirigeants du pays. La frontière de l'interdiction de survol était jusque là fixée au MKAD. 

Cependant, depuis le 2 mai, des avions commerciaux ont pu survoler la capitale, à hauteur de 8 100 m minimum. 

La décision de maîtriser l'espace aérien de Moscou est induite par la situation routière difficile et les importants embouteillages dans la capitale. Comme les embouteillages sont, notamment, provoqués par les déplacements des cortèges du gouvernement à Moscou, qui nécessitent la fermeture des routes pour de longues heures, les véhicules des autorités seront les premiers à quitter les rues.

L'héliport N°1, installé sur le territoire du Kremlin de Moscou, peut accueillir les giravions de différentes classes à n'importe quel moment de l'année. D'une surface de 4 162 m2, celui-ci longe les murs du Kremlin à côté du jardin Taïnitski. Aucune place n'est prévue au Kremlin pour un hélicoptère de secours.

Afin de libérer la place pour la piste d'atterrissage, les bâtiments temporaires d'été, construits il y a 20 ans pour le Service fédéral de sécurité et abritant des étables, ont été démolis et le terrain a été surélevé. La tour de contrôle de l'héliport se trouve dans la tour Petrovskaia.

Les hélicoptères pourront arriver soit par le pont Zamoskvoretsky soit par Zaryadye (le quartier qui abritait l'hôtel Rossia auparavant). L'héliport dispose de deux places d'atterrissage.

La direction assure que les hélicoptères ne nuiront pas aux murs du Kremlin ni à son intérieur. Cependant, des capteurs sont installés sur les tours pour surveiller l'impact potentiel sur le mur. L'héliport se trouve dans une zone réservée, mais, comme l'a expliqué Victor Khrekov, porte-parole de l'administration du président, le ministère de la Culture a autorisé sa construction.

Les travaux de construction au Kremlin faisaient l'objet de protestations de la part de l'UNESCO chargé de la protection du Kremlin en tant qu'objet du patrimoine mondial culturel. Le porte-parole a indiqué que pour toute question au sujet de la construction les organisations internationales doivent s'adresser au ministère concerné.

Selon le chef de l'administration du président, Vladimir Kojine, le trajet en hélicoptère entre le Kremlin et l'aéroport du gouvernement Vnoukovo, situé à 12km au sud-ouest de Moscou, ne durera que 5–7 minutes sans compter le décollage et l'atterrissage.

}

Aussi, les chefs d'État pourront se rendre dans le centre de Moscou par ce moyen lors de leurs visites en Russie. L'administration a rappelé que lorsque les chefs d'État étrangers rendent visite au président dans sa résidence de Sotchi, ils s'y rendent souvent à bord d'hélicoptères russes. 

« Nous étudions cette possibilité mais tout dépendra des protocoles et règlements des pays, explique Vladimir Kojine. Aussi, par exemple, le dirigeant chinois ne peut utiliser les hélicoptères à l'étranger pour des raisons de sécurité ».

Les spécialistes en sécurité estiment qu'un déplacement aérien assure une plus grande sécurité aux dirigeants russes et étrangers qu'un déplacement en voiture.

« Les hélicoptères des dirigeants sont équipés de systèmes modernes de suppression radio-électronique, optique et infrarouge, aussi la probabilité d'abattre tout missile tiré sur les hélicoptères est très élevée. De manière générale, importer des systèmes portatifs de missiles anti-aériens pour les utiliser à Moscou est bien plus difficile que d’introduire, par exemple, un lance-grenade qui théoriquement pourrait être utilisé pour atteindre le cortège présidentiel », - estime un spécialiste militaire Ilya Kramnik.

Kojine a ajouté que le coût global du projet s'élève à 200 millions de roubles.

Cette année, un héliport a également été construit à côté du bâtiment du gouvernement russe. Le Premier ministre Dmitri Medvedev se rend à la Maison Blanche en hélicoptère léger italien Agusta AW-139. Le président Vladimir Poutine se rendra au Kremlin à bord d'hélicoptères lourds MI-8.

L'EMERCOM, également, dispose de son héliport situé à l'ouest de Moscou, rue Vatoutina. Un autre héliport sera bientôt aménagé sur le toit du ministère de la Défense rue Znamenka.

Prochainement, on verra peut-être l'apparition d'héliports flottants, développés par l'Association de l'industrie de l'hélicoptère. Le projet prévoit l'installation sur le Moskva de sept débarcadères capables de recevoir des taxis aériens et des hélicoptères de secours. Les débarcadères seront mobiles. L'installation du premier débarcadère sur le réservoir Khimkinski est prévue cette année.

Les centres d'affaires ont commencé à aménager des héliports de leur côté : les centres Crocus City et Victory Plaza, notamment, disposent déjà de leurs héliports, deux autres sont prévus dans le quartier d'affaires Moskva City.

Nous vous rappelons qu'en 2012, la mairie de Moscou a élaboré un programme de développement d'un système de transport urbain à l'horizon 2016, qui comporte un paragraphe sur le développement du transport aérien dans la capitale et prévoit la construction d'un réseau d'héliports conjointement avec le ministère des Transports : 10 dans la ville et 40 autres dans la banlieue de Moscou.

Sources : Izvestia, Kommersant, la rédaction de l'EMERCOM (ministère des Situations d'urgence) russe, RIA-Novosti.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies