Quatre nouvelles entreprises qui souhaitent changer les habitudes alimentaires des Russes

La particularité du projet est la personnalisation mais aussi la possibilité de commander des produits selon les besoins du client. Crédit : Mark Boïarski

La particularité du projet est la personnalisation mais aussi la possibilité de commander des produits selon les besoins du client. Crédit : Mark Boïarski

Un fastfood sain, un menu hebdomadaire pour une alimentation équilibrée, une offre de choix pour les repas et un réseau social pour les cuisiniers. Le monde des nouvelles entreprises russes connaît une percée de la gastronomie.

Fastfood sain

Les propriétaires du restaurant moscovite Delicatessen ont lancé leur propre fastfood avec la sandwicherie Bouterbro, située dans le jardin Hermitage de la capitale. Les sandwiches y sont préparés devant les clients, et le pain est cuit sur place dès le petit matin. C’est pourquoi le commerce n’ouvre qu’à midi, pour attendre que le pain fait maison soit prêt et que toutes les composantes des futurs sandwiches arrivent des fermes.

Grâce au succès de leur restaurant, les initiateurs du projet n’ont pas dû faire face à des problèmes de  capital de départ. Les principales dépenses ont été réalisées lors de la recherche, de la restauration et de l’aménagement des équipements. Il s’agit désormais d’un snack convivial proposant des sandwiches frais et du pain fait maison. Le commerce connaît beaucoup de succès et devrait être rentabilisé dès l’automne.

Les fondateurs du Delicatessen ont lancé un autre projet avec la caravane Dary prirody (« Dons de la nature », en russe), qui se déplace à travers Moscou. Elle est arrivée à Moscou très récemment, au début du mois de février. L’objectif est de proposer de la nourriture de rue de qualité, à la fois savoureuse et saine. La caravane a été achetée à la société américaine Airstream, qui fabrique des camping-cars. Le véhicule a ensuite été réaménagé en Allemagne afin de le transformer en véritable restaurant sur roues avec une cuisine équipée. Alors que Bouterbro mise sur les tartines et les sandwiches, Dary prirody vend principalement des grillades, des soupes et des salades.

Les fournisseurs sont les mêmes pour les deux projets. Il s’agit d’entreprises privées de la région de Moscou : la célèbre ferme LavkaLavka et l’exploitation Ouglitchou Polie.

Accent sur la santé

Avant d’ouvrir en 2012 son service d’alimentation saine EasyMeal, son fondateur a d’abord mené plusieurs expériences sur lui-même. En cherchant la meilleure combinaison entre nourriture saine et sport, Vadim Malkine a ainsi réussi à perdre 30 kilos. Pour éviter que ses  connaissances et son expérience en restent là, Vadim a lancé EasyMeal, service permettant à n’importe quel client de créer un profil diététique personnel qui corresponde à ses besoins. Le cofondateur du projet est Iouri Samokhine. C’est en été 2012 qu’EasyMeal a accueilli ses premiers clients.

La particularité du projet est la personnalisation mais aussi la possibilité de commander des produits selon les besoins du client. Le menu a même compris des burgers sans gluten pendant un certain temps. Aujourd’hui, on peut également acheter des macaronis et des pâtes sans gluten via le site, et les consommateurs ont la possibilité de commander un programme alimentaire dans un des restaurants partenaires. De plus, les plats peuvent être livrés à domicile ou au travail.

Le capital de départ s’élevait à 1,5 million de roubles (environ 35 mille euros) de fonds propres. Le projet est désormais rentabilisé et ses concepteurs souhaitent étendre le réseau de restaurants partenaires, améliorer et renforcer les fonctions du profil diététique sur le site, ainsi que créer un service de traiteur de nourriture saine.

Il n’existe pas pour le moment de sites entièrement similaires à EasyMeal. Les modèles les plus proches à Moscou et en Europe ne proposent que des rations en boîte pour minimum une semaine. Ils n’offrent pas de menu détaillé et ne permettent pas de modifier une commande.

Apprendre à cuisiner et en parler

Partager ses expériences culinaires personnelles et présenter un emplacement spécifique à tous les amateurs de fourneaux est l’objectif du projet Foodclub.ru. Maxime et Maria Saveliev ont décidé de développer ce système d’alimentation saine et bonne juste après leur mariage. Maria voyait la cuisine comme un processus clair et créatif, une manière de s’épanouir, mais elle ne voulait pas que ses préparations deviennent une routine pénible. De plus, elle avait vite fait le tour des recettes de ses livres de cuisine, présentées de façon trop confuse selon elle.

Le congé de maternité n’a pas apaisé les activités de la jeune femme, qui a finalement décidé de prendre les choses en main. L’idée de créer son livre de recettes avec des instructions détaillées, illustrées et par étape s’est transformée en un projet nommé foodclub.ru. Maxime travaillait à l’époque dans un studio web et a activement aidé sa femme. Ils ont commencé en 2008 par un blog sur la plateforme Livejournal, avant de lancer un site à part entière. Les investissements propres n’ont pas été vains. Foodclub a commencé à rapporter de l’argent assez tôt. Avec l’apparition d’applications mobiles en 2010 (qui ont immédiatement intégré le top-10 des meilleures applis pour iPhone et iPad), les consommateurs ont en effet commencé à payer pour pouvoir utiliser foodclub et avoir accès à l’ensemble des recettes. Les revenus sont générés via les bannières publicitaires et les projets partenaires. En outre, Maxime et Maria participent activement aux évènements gastronomiques et proposent des recettes de sponsors thématiques en utilisant des technique définies.

Aujourd’hui, foodclub.ru offre 1 500 recettes à environ 20 000 utilisateurs inscrits. Chaque jour, le portail enregistre près de 50 000 visites, nombre encore plus important durant les périodes de fête. Les utilisateurs peuvent non seulement s’inspirer des recettes proposées sur le site, mais aussi créer des pages personnelles. Les nouvelles recettes subissent cependant des contrôles stricts afin de conserver la haute qualité du contenu. Le blog sur Livejournal continue quant à lui à être très populaire.

Les fondateurs du projet souhaitent à l’avenir lancer une application pour les utilisateurs d’Android.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.