L’arrestation d’un maire d’opposition provoque un scandale politique

Le ministère de l'Intérieur a appelé le public à ne pas considérer l'affaire d'Ourlachov comme un procès politique. Crédit : RIA Novosti

Le ministère de l'Intérieur a appelé le public à ne pas considérer l'affaire d'Ourlachov comme un procès politique. Crédit : RIA Novosti

La police russe a arrêté le maire de la ville d’Iaroslavl Evgueni Ourlachov et trois de ses subordonnés soupçonnés de corruption. Le fonctionnaire rejette les accusations, affirmant qu’il est poursuivi pour des raisons politiques : il est un membre du parti d’opposition Plateforme civique et envisageait de contester le parti au pouvoir Russie unie lors des prochaines élections à l’assemblée législative de la région d’Iaroslavl, prévues cet automne. En riposte, la police a publié les enregistrements téléphoniques qui pourraient confirmer les accusations contre le maire.

« Durant la période comprise entre décembre 2012 et le 2 juillet 2013, le maire d’Iaroslavl et ses subordonnés extorquaient à un directeur d’une société commerciale local 14 millions de roubles (325.000 euros) de la somme versée à l’entreprise pour compenser un travail effectué. Les suspects menaçaient l’entrepreneur de ne rien payer pour les travaux prévus dans un contrat s’il refuse de verser la somme demandée », lit-on dans un communiqué du Comité d’enquête russe. Les représentants de l’Intérieur précisaient encore que les 325.000 euros n’était que le premier paiement, tandis que les fonctionnaires avaient présument l’intention d’extorquer près d’un million d’euros à la victime. Une source proche aux forces de l’ordre russes a en outre déclaré à Gazeta.ru que d’autres accusations pourraient encore être déposées contre M.Ourlachov.

Le maire rejette toutes les accusations. « Je pense qu’il s’agit d’une provocation, on essaie d’exercer une pression sur moi et mes partisans en raison des élections du 8 septembre et de la visite à Iaroslavl de Mikhaïl Prokhorov, leader de la Plate-forme civique, que nous devrions accueillir », a déclaré M.Ourlachov, cité par la porte-parole de la mairie à l’agence Interfax.


Une autre source proche de l’administration du président ajoute que la position politique indépendante d’Ourlachov était ces derniers temps un gros problème pour la Russie unie.


M.Ourlachov a été élu maire il y a un peu plus d’un an. Il a remporté le scrutin avec 70% des suffrages exprimés, dévançant considérablement le candidat de la Russie unie. M.Ourlachov, lui aussi, avait été un membre du parti au pouvoir, mais l'a quitté en 2011. Il est actuellement un des dirigeants du parti Plate-forme civique, fondé par le milliardaire russe Mikhaïl Prokhorov.

« Cette capture ostentatoire d’un chef de la ville, élu par le peuple, représente un coup dur pour les libertés civiles de tous les citoyens de la Russie. Quelles que soient les accusations portées à l’encontre d'Evgueni Ourlachov, il n’est pas un terroriste ainsi que son nom ne figure pas dans la liste fédérale des personnes recherchées », a déclaré M.Prokhorov dans un communiqué publié le 3 juillet.


L’arrestation du maire a même provoqué la réaction de Sergueï Neverov, secrétaire du présidium du conseil général de la Russie unie. « Pour arrêter un maire, la police doit avoir une bonne raison, et si cette raison n’est pas présentée au public, cette arrestation semble très bizarre et inacceptable, compte tenu de la prochaine élection », a-t-il déclaré.


Anatoli Grechnevikov, député de la Douma (chambre basse du parlement russe) du parti Russie juste a indiqué dans une interview à Gazeta.ru que l’arrestation du maire a eu lieu peu après une manifestation contre le parti au pouvoir à Iaroslavl.


Le ministère de l'Intérieur a appelé le public à ne pas considérer l'affaire d'Ourlachov comme un procès politique. « Je vous propose d'écouter attentivement les conversations téléphoniques d'Evgueni Ourlachov, déjà publiées par les médias, dans lesquelles il explique lui-même pourquoi il a besoin de cette somme. On peut comprendre en les écoutant qu'il n'avait pas l'intention d'investir l'argent en question dans l'infrastructure de la ville », a déclaré aux  journalistes le porte-parole du Comité d'enquête, Vladimir Markine. 

D'après ce dernier, « certains hommes politiques, sans comprendre de quoi il s'agit vraiment, tentent d'exercer la pression sur les enquêteurs, en nous obligeant de présenter au public les preuves de son implication dans ce crime. « Bien que, bien évidemment, ce ne soit pas dans l'intérêt de l'enquête, nous avons déjà présenté une partie de ces preuves, et nous  allons en publier encore », a indiqué le responsable.

Cependant, les experts estiment que l'arrestation de M.Ourlachov ne profitera pas au parti au pouvoir. « Ce sont plutôt le Parti communiste et la Russie juste qui en bénéficieront. Quant au succès de la Plate-forme civique à  la prochaine élection, tout dependera de la volonté de  Mikhaïl Prokhorov de prendre la tête de la liste et de diriger la campagne électorale, c'est-à-dire, de prendre une position ferme », a indiqué le politologue Konstantin Kalatchev. Selon lui, l'arrestation d'Ourlachov mettra à l'épreuve la solidité de la Plate-forme civique.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies