Une banque russe réanime le Mémorial Normandie Niemen au Bourget

Christian Tilatti Crédit : Maria Tchobanov

Christian Tilatti Crédit : Maria Tchobanov

Le projet muséographique dédié au légendaire escadron Normandie Niemen a été présenté le 17 juin, jour de l’ouverture du 50e Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace à l'aéroport de Paris-Le Bourget par Christian Tilatti, conservateur en chef du musée.

Financée par le Groupe Bancaire Zenit à hauteur de 450 000 €, l’exposition s’organisera autour de cinq séquences.

La première partie doit raconter l’histoire de la création en 1942 par le général de Gaulle de l’unité d'aviation de chasse française appelé « Normandie » à destination du front de l'Est. Le deuxième thème va s’articuler autour des campagnes de l’escadron et de sa transformation en « Régiment Normandie-Niémen », à la suite de la victoire sur le fleuve Niémen. La troisième partie doit évoquer le quotidien de jeunes pilotes français sur le sol russe, très dépaysant, surtout pendant le rude hiver. Cette partie de l’exposition parlera également des rapports noués entre les pilotes et mécaniciens français et russes et avec les autres régiments russes qui ont combattu à leurs cotés tout au long de cette épopée. La quatrième séquence rendra hommage aux hommes qui ont participé à cette aventure. Sur 96 pilotes, il y en a 42 qui ont été tués. Avec ces 273 victoires sur 5240 missions, l’escadron Normandie-Niémen fut l’unité de chasse la plus titrée en France.

Et, enfin, le dernier volet sera consacré au retour en mai 1945 des pilotes français au Bourget avec les avions offerts par Staline, et à la pérennisations des traditions du régiment de chasse Normandie-Niémen, qui existe toujours.

L’histoire du jeune lieutenant Marcel Lefèvre, de son ralliement à la France Libre jusqu’à sa mort sur le front russe à la suite de brûlures reçues lors de l’atterissage de son avion enflammé, va servir du fil rouge pour créer un lien entre ces cinq séquences.

Cette nouvelle exposition placée sur 250 m2 réunira environ 290 objets : des documents, des armes, des équipements, des objets personnels et aussi une relique très importante - une épave de l’avion Yak-3, appartenant au régiment de chasse Normandie-Niémen.

Cette collection, en grande partie constituée par l’association du Mémorial Normandie Niemen depuis 1992, sera enrichie par cinq bandes audiovisuelles (correspondants aux cinq volets) et un film qui va raconter en 20 minutes la totalité de cette épopée héroïque. « L’idée c’est d’avoir un discours à la fois historique, mémoriel, mais aussi pédagogique, parce que, malheureusement, en France cette aventure est moins connue qu’en Russie où l’on trouve de nombreux témoignages du passé de ce régiment », avoue Christian Tilatti.

Alexeï Sokolov, Président du Groupe Bancaire Zenit, a précisé que la décision de soutenir ce projet de relance du Mémorial Normandie Niemen coïncide avec un jubilé très important  dans l’histoire commune de nos deux pays. Cette année nous célébrons le 70e anniversaire de la bataille de Koursk, qui a été décisive pour l'issue de la Deuxième guerre mondiale. Après avoir perdu cette bataille, l'armée d'Hitler, n’a pas réussi à prendre sa revanche et sa retraite ne s’est plus arrêtée. Le régiment de chasse Normandie-Niémen a pris une part très active dans ce combat. Et c’était une vraie épreuve pour les pilotes qui assuraient 6-7 vols par jour chacun. Les français ont abattu 17 avions allemands dans cette bataille tandis que sept pilotes français ont été tués. « Nous remercions le musée de l’Air et de l’Espace de nous avoir offert cette occasion de participer à la renaissance du musée de Normandie-Niémen », a dit Alexeï Sokolov, en ajoutant, que la ville d’Ivanovo, où les 14 premiers pilotes français sont arrivés en 1942, verra bientôt le monument en mémoire de ces héros.

Lisez plus sur le salon du Bourget

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.