L’incendie du métro de Moscou renforce l’importance des transports durant les élections municipales

Les interventions d’urgence doivent aussi être revues. Le matin du 5 juin, des centaines de passagers sont restés bloqués pendant près d’une heure dans des wagons non climatisées avant d’être évacuées. Crédit : Itar-Tass

Les interventions d’urgence doivent aussi être revues. Le matin du 5 juin, des centaines de passagers sont restés bloqués pendant près d’une heure dans des wagons non climatisées avant d’être évacuées. Crédit : Itar-Tass

Un incendie dans un tunnel du métro proche du Kremlin, le jour où Sergueï Sobianine démissionne pour lancer sa candidature aux élections de septembre, démontre que les problèmes liés au métro et à la construction de routes pourraient entamer la popularité du maire.

Mercredi, le trafic sur une partie très fréquentée d’une ligne de métro du centre de Moscou a été interrompu deux fois pour un total de cinq heures, après que des câbles électriques souterrains aient pris feu à deux endroits du tunnel, une première fois dans la matinée et une deuxième fois durant l’après-midi.

Suite à ces incidents, des dizaines de personnes ont dû être soignées après avoir inhalé du monoxyde de carbone. De plus, le trafic a été fortement perturbé et des milliers de personnes ont été obligées d’aller au travail à pied.

Ce chaos a eu lieu le jour où le maire, Sergueï Sobianine, a officiellement remis sa démission au président Vladimir Poutine, qui soutient sa candidature aux prochaines élections municipales de septembre, les premières de la ville depuis 10 ans.

Après avoir accepté la démission de Sobianine en le nommant maire par intérim jusqu’aux élections, Poutine lui a demandé lors d’une intervention devant les caméras « d’assurer que tous les services de la ville continuent à fonctionner sans problèmes ».

Sobianine ou la mairie n’ont fait aucun commentaire suite aux incidents survenus mercredi. Dans le même temps, le site Internet du métro de Moscou a seulement annoncé que les services avaient repris et publié en ligne le communiqué suivant : « le métro de Moscou s’excuse auprès des passagers pour les problèmes occasionnés ».

Un des éventuels opposants à Sobianine lors des élections, le leader du parti Iabloko Sergueï Mitrokhine, a souligné que le maire avait loué la sécurité dans le métro à peine trois semaines auparavant, en citant la station Okhotny riad comme exemple.

« Après l’incendie d’aujourd’hui, il paraît évident que ces déclarations constituaient… une opération de communication cachant une réalité catastrophique », a écrit Mitrokhine sur un blog de la radio Écho de Moscou. « Aujourd’hui, on peut affirmer que le système de protection contre les incendies du métro de Moscou est insuffisant et pourrait connaître des défaillances à tout moment ».

Le quotidien libéral en ligne Gazeta.ru a également critiqué le maire de la capitale en jugeant dans un éditorial « qu’il devait plutôt mettre de l’ordre dans des secteurs clés de l’économie de la ville, au lieu de jouer à des jeux politiques tels que des élections anticipées. (…) Après les incidents de mercredi, Sergueï Sobianine fera probablement pâle figure avec son casque lorsqu’il inaugurera une station de métro durant sa campagne, annoncée du jour au lendemain ».

Important programme d’investissements

Sobianine a entamé des réformes de grande ampleur depuis qu’il a repris le poste de maire en 2010, et son administration prévoit d’investir 41,5 milliards d’euros dans des routes, lignes de métro et infrastructures afin d’augmenter de 45% l’utilisation des transports publics et de désengorger la ville minée par d’horribles embouteillages.

En plus des 188 stations de métro que compte actuellement la capitale russe, les autorités de la ville comptent en ouvrir 14 nouvelles d’ici la fin de l’année. En 2012, la mairie a rendu publique son projet de vendre des parts dans le métro afin d’attirer des capitaux pour favoriser le développement des infrastructures jusqu’en 2025.

Le métro moscovite, qui est le plus bondé au monde avec plus de neuf millions de passagers par jour, avait déjà connu des incidents similaires mais moins importants deux fois cette année. Quelque 300 personnes avaient dû être évacuées de la station de métro le 5 mai, lorsque le troisième rail, qui approvisionne les trains, avait pris feu dans un tunnel du Sud-Est de Moscou. Au total, sept défaillances du système ont été signalées l’année dernière.

Les réparations dans n’importe quelle station du centre provoquent généralement des désagréments pour les passagers et une surcharge des arrêts aux alentours, en plus de demander beaucoup de temps. Récemment, il a par exemple fallu 14 mois pour remplacer les escalators et tourniquets vieux de 60 ans et remettre à neuf le hall de la station « Park koultoury ».

}

Attente avant l’évacuation

Les interventions d’urgence doivent aussi être revues. Le matin du 5 juin, des centaines de passagers sont restés bloqués pendant près d’une heure dans des wagons non climatisées avant d’être évacuées, et ce pendant l’heure de pointe. Aucune explication sur les raisons de cet arrêt n’a été fournie aux passagers via les systèmes de haut-parleurs, laissant certains penser que le métro avait été attaqué par des terroristes.

« J’ai consulté le site de Ria Novosti et lu à haute voix les nouvelles sur l’incendie d’Okhotny riad ». Une dames a alors crié “il y a le feu dans le métro!”, et sa voisine a enchainé en hurlant “attaque terroriste!" », a posté Natalia Bem, qui est restée coincée dans un wagon près de la station Park Koultoury (à trois arrêts d’Okhotny riad, lieu à proximité duquel le câble d’électricité a pris feu) sur sa page Facebook.

Selon les informations, près de 5 000 personnes ont été évacués de huit stations différentes jusque dans l’après-midi.

« En cas d’incendie, les seules personnes aptes à intervenir sont le conducteur et le contrôleur de la station », explique Svetlana Razina, leader du syndicat des ouvriers du métro, au journal Moskovskie Novosti. « D’après le règlement, le conducteur doit signaler l’incendie au dispatching avant de couper le moteur du train. Il doit ensuite passer dans chaque wagon pour ouvrir les portes afin de laisser sortir les navetteurs par la cabine de conduite ».

Absence d’informations

Une fois sorti, chacun a dû se débrouiller seul pour arriver au travail ou à l’école.

« Le personnel du métro n’a pas expliqué aux gens où aller et quelles stations des environs ils pouvaient emprunter », indique Dmitri Galotchkine, membre de la commission de la Chambre publique russe chargée de la sécurité publique, à l’agence de presse RIA Novosti. « On devrait prévoir des panneaux d’information ou des grand écrans près des sorties du métro mentionnant les transports publics disponibles à proximité ».

Galotchkine a appelé à moderniser le système de protection contre les incendies dans le métro, ainsi qu’à améliorer les outils d’alerte pour fournir aux passagers des renseignements utiles, comme les itinéraires alternatifs par exemple. Il a également souligné la nécessité de garantir que les opérateurs mobiles envoient des notifications à leurs clients en cas d’urgence. Mercredi matin, certains passagers ont déclaré avoir reçu ce genre de messages, mais pas tous.

« Vu les menaces terroristes et la vétusté des équipements, la direction du métro doit revoir les systèmes de prévention contre les incendies et d’alarme souterrains », ajoute Galotchnkine. « Il est aussi important de développer la culture de la sécurité afin que tout le monde puisse agir de manière adéquate en cas d’urgence. Il faut apprendre cela à l’école ».

Le bureau du procureur de Moscou a annoncé qu’il investiguerait sur les incidents du 5 juin. Une enquête similaire sur un incident du 5 mai a déjà relevé des violations aux règles de sécurité et a abouti sur un avertissement pour le directeur adjoint d’un des départements du Métropolitain de Moscou.

Mercredi à 17h, le service des transports de la ville de Moscou a signalé qu’un train s’était arrêté dans un tunnel entre les stations Petrovsko-Razoumovskaïa et Timiriazevskaïa, au Nord de Moscou. Le service de presse du département a indiqué que l’incident était dû à des « soucis techniques ». Il aura fallu 25 minutes pour que le trafic reprenne.

Anna Nikolaïeva, ancienne rédactrice en chef adjointe au quotidien Moskovskie Novosti, a écrit sur un blog du site de la radio Écho de Moscou que des habitants de la capitale étaient mécontents par rapport à d’autres problèmes de transport comme la construction de routes, et en particulier le projet ambitieux de rénover la Perspective Lénine, ce qui pourrait également entamer la popularité du maire.

« En réalité, le bien-être écologique de la ville et les droits constitutionnels des citoyens pour un environnement sain sont sacrifiés au profit du travail du lobby de la construction », écrit ainsi Nikolaïeva.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.