L'ancien ministre de l'Education nommé superviseur de la Fondation Skolkovo

Selon Alexeï Makarkine, Andreï Foursenko est l'homme de Vladimir Poutine, sa nomination montrant que le président prend Skolkovo sous son contrôle par le biais d'un assistant. Crédit : Itar-Tass

Selon Alexeï Makarkine, Andreï Foursenko est l'homme de Vladimir Poutine, sa nomination montrant que le président prend Skolkovo sous son contrôle par le biais d'un assistant. Crédit : Itar-Tass

L'ancien ministre de l'Education et actuel assistant présidentiel Andreï Foursenko a été promu au poste de superviseur de la Fondation Skolkovo, auparavant occupé par le vice-premier ministre Vladislav Sourkov, qui a présenté sa démission.

Andreï Foursenko a été nommé représentant du président russe à la Fondation Skolkovo, et sera en charge de la Cité de l'innovation au Kremlin, annonce RIA Novosti citant le président de la Fondation Viktor Vekselberg. Foursenko rejoindra son nouveau poste le 17 mai lors du Conseil sur la modernisation économique et le développement innovant auprès du président russe.

Lors de cette réunion, selon une source anonyme d'Izvestia, on formera le nouveau conseil d'administration de la Fondation Skolkovo. Très probablement, on en exclura Vladislav Sourkov, qui était responsable de la politique de l'Etat dans le domaine de l'innovation au sein du gouvernement, et était également superviseur de la Cité de l'innovation. « Foursenko, s'il est nommé, sera responsable non seulement de Skolkovo, mais aussi probablement de Rosnano. Pour l'industrie innovante, c'est homme n'est pas un inconnu », a déclaré une autre source de RIA Novosti.

Le vice-président du Centre des technologies politiques Alexeï Makarkine a noté qu'Andreï Foursenko était l'homme de Vladimir Poutine, sa nomination montrant que le président prend Skolkovo sous son contrôle par le biais d'un assistant.

« Poutine connaît Foursenko de longue date, c'est sur son initiative que ce dernier a été nommé au poste de ministre. D'autre part, Foursenko est assistant du Président dans la sphère scientifique et de l'enseignement, il s'est occupé des innovations par le passé, cela correspond à l'orientation de ses intérêts. Mais le principal est que le projet, qui était traditionnellement considéré comme le projet Sourkov et à travers lui de Medvedev, a été repris en main par le président », a expliqué l'analyste.

Le président de la Fondation Politique de Saint-Pétersbourg Mikhaïl Vinogradov estime que la nomination d'Andreï Foursenko confirme la perte d'influence du gouvernement sur la ville de l'innovation, et en particulier du premier ministre Dmitri Medvedev.

Avant d'être nommé ministre de l'Education, Andreï Foursenko a été ministre de l'Industrie, de la Science et des Technologies, et président du Conseil de surveillance de Rosnano. Il est l'auteur de plus de 100 articles scientifiques, notamment consacrés à l'innovation technologique et au financement de la sphère scientifique et technique. Durant son mandat en tant que ministre de l'Éducation, Foursenko a été l'idéologue ardent de l'introduction de l'Examen d'État Unifié (EEU) dans les écoles de Russie, qui devait avoir lieu sous forme de tests. L'EEU a été critiqué par la communauté scientifique et professionnelle, sa mise en pratique ayant provoqué une diminution du niveau de connaissance des élèves par rapport au système traditionnel d'examens finaux.

Début mai, un scandale a éclaté entre l'ancien vice-premier ministre Sourkov et le représentant du Comité d'enquête Vladimir Markine. Vladislav Sourkov, lors d'un discours à la London School of Economics début mai, a accusé le Comité de faire preuve de trop de hâte dans les enquêtes pour corruption à Skolkovo. En réponse, Vladimir Markine a publié dans une tribune dans Izvestia. Dans celle-ci, il appelait les cadres compétents « à ne pas jeter la pierre sur les autorités d'enquête et à faire en sorte que leurs institutions respectives ne se transforment pas en terrain fertile pour le gaspillage et les détournements. Le vice-premier ministre n'a pas répondu à l'attaque assez dure de Markine, refusant de se livrer à tout commentaire de cette graphomanie ». Le 8 mai, Vladislav Sourkov a présenté sa démission, ce qui a été associé à la non-application par le gouvernement des décrets présidentiels du mois de mai.

Article basé sur des matériaux de RIA Novosti,Izvestia et Kommersant.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.