La télévision russe s’essaye à la satire politique

La poupée de Vladimir Poutine dans l'émission Koukly. Crédit photo : Kommersant photo

La poupée de Vladimir Poutine dans l'émission Koukly. Crédit photo : Kommersant photo

NTV, l’une des principales chaînes de télévision russe diffuse une série intitulée "Oui, monsieur le président", dont le héros est, vous l'avez deviné, Vladimir Poutine.

L’apparition d’un show parodiant la politique est indubitablement guidé par le souhait d'augmenter l'audience. Le poète Alexei Tsvetkov, connu pour ses caricatures d'hommes politiques, pense que c’est une façon pour les chaînes d’attirer les internautes.

Mais la satire est-elle dangereuse pour le pouvoir ? Selon Tsvetkov, si « le climat politique dans le pays est sain, la satire ne peut que participer de cette bonne santé, en formant le public au scepticisme »

Le service de presse de NTV refuse de commenter l’avenir du projet. Ce qui est certain, c'est que la demande pour la satire politique existe. « Le spectateur est fatigué de la télé actuelle. Il accueillera avec reconnaissance la moindre tentative de critiquer le pouvoir. C’est un axiome », explique l’écrivain Boris Minaev. Car la satire politique permet de vivre mieux et de respirer plus librement, conclut-il. 

L’histoire de la satire politique à la télé russe n'a pas plus de vingt ans. Tout a commencé avec le KVN (le club des joyeux lurons), un tournoi de sketchs et de stand-up. Dès la fin des années 80, s’y sont glissées des parodies du dernier leader soviétique Mikhail Gorbatchev, puis du premier président russe, Boris Eltsine.

En 1994 a été créée la plus importante émission de satire politique russe, les Koukly, une version russifiée des Guignols de l’info français. Grace à l’écrivain-satiriste Viktor Chenderovitch, le scénariste du projet, les sketchs étaient mordants, percutants et l’émission a tout de suite acquis une grande popularité. Elle a existé pendant huit ans, sur la chaine NTV, et a été suspendue en 2001. 

Plusieurs tentatives pour faire renaître le genre de la parodie politique à la télévision dans les années 2000 ont donné des résultats mitigés. Entre 2005 et 2008, NTV a diffusé Politique réelle, une émission qui présentait entre autres des animations parodiant gentiment les leaders politiques. Selon Chenderovitch, il s’agit d’un simulacre de satire politique.

À mesure que le genre dépérissait à la télé, il prenait du poil de la bête sur la Toile, sur laquelle on trouve aujourd’hui des parodies politiques, comme le blog vladimirvladimirovich.ru, qui publie régulièrement de courts textes absurdes prétendument tirés de la vie de Poutine.

En 2011-2012, la série des sketchs Poète citoyen a fait un tabac sur Internet et dans les théâtres. L'acteur Mikhail Efremov récitait des pastiches irrévérencieux composés par le non moins célèbre écrivain Dmitri Bykov sur des thèmes de l’actualité politique russe.

Depuis 2010, le compte TwitterKermlinRussia parodie le compte du président de l’époque, Dmitri Medvedev. Une seule lettre le distingue du compte officiel, ce qui a provoqué des situations cocasses quand les médias l’ont cité en guise de source officielle.

La télévision saura-t-elle rivaliser ?

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.