Fonctionnaires, tenez votre langue !

Les instructions du ministère du Travail ne sont pour l’instant que des recommandations aux fonctionnaires, mais ne pas les respecter pourrait leur jouer un mauvais tour. Crédit : Kommersant

Les instructions du ministère du Travail ne sont pour l’instant que des recommandations aux fonctionnaires, mais ne pas les respecter pourrait leur jouer un mauvais tour. Crédit : Kommersant

Afin de lutter contre la corruption, le ministre russe du Travail recommande aux fonctionnaires de ne plus utiliser toute une série de phrases et d’expressions ambiguës.

Ainsi, des phrases telles que « c’est une question difficile, mais nous allons la régler », « on peut s’entendre » ou « alors, que fait-on ? », trop équivoques, ne devraient plus sortir de la bouche des fonctionnaires. La liste inclut également des proverbes et dictons comme « Il vaut mieux avoir cent amis que cent roubles » ou « Le temps, c’est de l’argent ». Ils ne pourront plus non plus parler de leur faible salaire, de leur désir d’acheter un bien ou de partir en vacances. En plus des paroles, les fonctionnaires devront veiller à ne pas utiliser certains gestes symbolisant l’argent. Selon des experts, ces expressions et ces gestes pourraient être mal compris et être perçus comme une allusion à d’éventuels pots-de-vin.

La méthode quelque peu originale fait grand bruit. « Le plus important, ce ne sont ni les formules, ni l’intonation, mais le contexte, les circonstances dans lesquelles sont prononcées ces phrases, explique l’entrepreneur et l’homme politique Konstantin Sentchenko. Les fonctionnaires sont au courant des méthodes. Ils ne disent jamais rien au téléphone et s’arrangent par écrit. Les risques au niveau du langage sont minimes. Ces mesures semblent naïves, il faut changer le système pas la langue. »

Les instructions du ministère du Travail ne sont pour l’instant que des recommandations aux fonctionnaires, mais ne pas les respecter pourrait leur jouer un mauvais tour, a fait remarquer le directeur du département du développement du ministère du Travail, Dmitri Basnak.

Il faut rappeler que la Russie occupe la 133e place dans le classement 2012 sur l'échelle de perception de la corruption établie par Transparency International. Enrayer la corruption en Russie demandera sans doute « moins de paroles, mais plus d’actions » de la part du gouvernement russe.

Sources : Moskovski Komsomolets, Sibirskoïe agentstvo novosteï, nn.ru, Vesti.fm.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.