Depardieu fera un film sur la Tchétchénie et ouvrira un restaurant en Mordovie

« C’est une visite à un ami », a déclaré Depardieu pour évoquer les raisons de son voyage. Crédit photo : Reuters

« C’est une visite à un ami », a déclaré Depardieu pour évoquer les raisons de son voyage. Crédit photo : Reuters

Gérard Depardieu a discuté d’une série d’émissions télévisées sur la littérature russe, il a reçu une chapka oudmourte, a choisi du fromage pour son restaurant en Mordovie et s’est vu remettre les clés son appartement cinq pièces en Tchétchénie. La tournée triomphale de l’acteur en Russie continue.

Le voyage triomphal en Russie de Gérard Depardieu continue. Lundi, l’acteur français qui a reçu cet hiver la nationalité russe directement des mains de Vladimir Poutine est arrivé en Tchétchénie. Portant une chapka de la milice avec oreillettes qui lui avait été offerte en Mordovie, l’acteur a descendu les escaliers de l’avion et a rencontré le chef de la république, Ramzan Kadyrov (quelques années plus tôt, il avait ostensiblement refusé d’utiliser le mot « président », parce qu’en Russie, il ne peut y avoir qu’un seul président).

Kadyrov a offert à Depardieu un appartement cinq pièces dans la capitale de sa république, Grozny, comme il l’avait déjà dit sur sa page Instagram.

Les habitants de la république ont légèrement été surpris par cette générosité et Kadyrov leur a sans tarder répondu sur Instagram : « Mes chers nokhtchi [nom que se donnent les Tchétchènes, ndlr] que se passe-t-il ? Depardieu est une personnalité mondialement connue et j’étais sûr qu’en l’invitant, ce serait un grand plaisir pour nos acteurs de le rencontrer. N’oubliez pas ses titres… Nous sommes une nation avec des racines profondes. En montrant maladroitement notre hospitalité, quand certains d’entre nous ont avant tout des intérêts commerciaux, j’ai seulement pour ces trois jours remis les clés de dix-huit appartements à des habitants de notre république. Nous devons aller de l’avant avec tous les peuples, progresser et ne pas piétiner sur place », a écrit kadyrov_95.

Depardieu n’est pas venu en Tchétchénie juste comme ça. Il a l’intention de tourner un « grand film » sur Grozny. Comme le mentionne le site du gouvernement de Tchétchénie, il a évoqué ce projet lors de sa visite dans la république après un dîner solennel organisé en l’honneur du chef de la république de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov.

« C’est une visite à un ami », a déclaré Depardieu pour évoquer les raisons de son voyage après avoir dit qu’il voulait « encore voir vos danses » qu’il avait déjà vues quelques mois auparavant.

« J’aimerais tourner un film ici, montrer qu’à Grozny on peut faire un film, un grand film même. Je ne peux encore rien dire des détails de ce film, mais je sais que nous reviendrons ici et que ce n’est que le commencement. Demain, j’aimerais visiter la ville. Je l’ai déjà vue il y a cinq ans. Je veux ensuite expliquer comment un seul home est parvenu à reconstruire en cinq ans une ville à partir de rien. Je suis convaincu que les gens qui vivent ici sont heureux. Pour chanter et danser comme le font les Tchétchènes, il faut vraiment être heureux », a déclaré Depardieu.

}

Dans les années quatre-vingt-dix, la république de Tchétchénie a essayé de quitter la Fédération russe et par deux fois, des guerres ont éclaté : de 1994 à 1996 et de 1999 à 2000. Ces guerres ont été d’une extrême violence des deux côtés. Elles étaient accompagnées d’enlèvements, de torture, de meurtres et de déportations de civils russes ou tchétchènes. Après ces guerres, la ville de Grozny a été complètement détruite, mais plus tard, grâce aux subventions fédérales, elle a été reconstruite.

En 2002, la Tchétchénie était dirigée par le mufti Akhmad Kadyrov qui s’était battu contre l’armée russe lors de la première guerre, mais s’était finalement rangé de son côté. Après son assassinat en 2004, son fils Ramzan Kadyrov a été élu président de la république et a pris la tête du pays en 2007.

Un jour avant sa visite en Tchétchénie, Gérard Depardieu s’est rendu dans la capitale de la Mordovie, Saransk, où il a reçu son enregistrement permanent au numéro 1 de la rue Démocratique dans l’appartement d’un proche de Nikolaï Borodatchev, directeur du Fonds d’État pour le cinéma russe, un vieil ami de l’acteur.

En Mordovie, Depardieu a l’intention d’ouvrir un restaurant et lors de sa visite, il a, entre autres, choisi le fromage pour la carte de son restaurant.

Parallèlement, il lui a été attribué le titre de « citoyen d’honneur d’Oudmourtie ». Les habitants de la république de l’Oural ont envoyé à l’acteur une chapka selon une coutume chamane.

Un jour encore auparavant, vendredi, Depardieu a rencontré Vladimir Medinski, ministre de la Culture en Russie. Le rendez-vous a eu lieu au Bolchoï et pourtant, les deux hôtes de marque n’ont pas été débarrassés de leurs manteaux.

Là, il a discuté avec Medinski de sa future carrière à la télévision. « Nous avons seulement parlé avec Medinski de la possibilité de travailler ensemble en Russie. Nous voulons vraiment imaginer un genre de série d’émissions télévisées consacrées à la littérature russe et dans lesquelles prendront part des artistes de différents pays pour que ces émissions puissent être présentées dans le monde entier », a conclu Depardieu.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.