Mariinskу-2 : le directeur de l’Ermitage appelle à l’indulgence

Les lignes strictes du bâtiment très contemporain tranchent avec le classicisme qui caractérise ce quartier au cœur  de Saint-Pétersbourg. Crédit : RIA Novosti

Les lignes strictes du bâtiment très contemporain tranchent avec le classicisme qui caractérise ce quartier au cœur de Saint-Pétersbourg. Crédit : RIA Novosti

Dans une lettre ouverte adressée aux citoyens pétersbourgeois, scandalisés par l’apparence de la nouvelle scène du théâtre Mariinski, le directeur de l’Ermitage Mikhaïl Piotrovski les invite à faire preuve de patience et de ne pas chercher des mesures radicales avant l’achèvement du projet. Les citoyens consternés exigent avant même son ouverture, la démolition de Mariinsky-2, aujourd’hui reconnu comme l’édifice théâtral le plus cher au monde.

« La frénésie qui s’est déchaînée autour de la construction encore non terminée renvoie au tristement célèbre tollé qui a éclaté au sein de la société et des milieux professionnels autour du projet somme toute assez beau de Dominique Perrault, qui a finalement été « enterré », ce qui a contraint à trouver une solution rapide, facile et peu coûteuse et nous a mené au résultat auquel nous sommes confrontés aujourd’hui. La société devrait se reprendre et éviter de se tourner trop vite vers des mesures radicales », écrit dans sa lettre ouverte Piotrovski. 

La nouvelle scène du légendaire Théâtre Mariinskiy est sur le point d’être achevée. La réaction des habitants de Saint-Pétersbourg, rejoints par l’élite intellectuelle moscovite est assez violente. Ils sont occupés à récolter les signatures pour une pétition adressée au gouverneur de Saint-Pétersbourg exigeant la démolition du nouveau théâtre

Cette histoire de Mariinsky-2 traîne déjà depuis près de 10 ans. En 2003, l’architecte français Dominique Perrault avait remporté l’appel d’offre avec son projet futuriste doté d’une coupole gigantesque. Mais en 2006, son projet n’avait finalement pas répondu aux exigences de l’expertise technique. On repart donc de zéro et un nouveau concours est organisé, remporté par le bureau canadien Diamond&Schmitt Architects qui devra faire avec les fondations de Perrault déjà en place. 

Le Mariinski-2 est adjacent  au célèbre édifice historique du Théâtre Mariinski. Les deux bâtiments situés en plein cœur de Saint-Pétersbourg, sont réunis par une passerelle qui passe au dessus du canal Krioukov. Ce complexe occupe tout un quartier en plein centre de la ville.

Durant toutes ces péripéties, Mariinski-2 est devenu célèbre pour être la salle théâtrale la plus coûteuse du monde. Sa construction estimée à 250 millions d’euros en 2003, avait déjà atteint 1400 millions d’euros en 2012. Finalement, la nouvelle scène se chiffre à 550 millions d’euros au total. Elle devrait être inaugurée en mai 2013. 

Les lignes strictes du bâtiment très contemporain tranchent avec le classicisme qui caractérise ce quartier au cœur  de Saint-Pétersbourg. Selon les critiques, il ressemble plus à un centre commercial qu’à un opéra. 

Piotrovski y trouve une justification : « Le plus important pour un théâtre est son organisation et son équipement intérieur. Dans tous les cas, pour entamer le chœur de protestation, mieux vaut attendre la fin du projet », écrit-il. De plus, c’est au directeur, en l’occurrence Valeri Guerguiev qu’incombe de choisir l’image extérieure de son théâtre. 

}

Or, Guerguiev semble tout à fait satisfait. Lors de la conférence de presse organisée par le théâtre Mariinski, le maestro a affirmé être satisfait du premier test acoustique qui a eu lieu fin décembre 2012 : « Ma première impression est très bonne. Une belle clarté de son que ce soit à l’emplacement du chœur, des solistes et de l’orchestre. J’ai testé d’abord depuis la place du chef d’orchestre, puis je me suis installé au dernier rang dans le parterre. Pour moi, c’est un début très prometteur ». 

Quant à la façade, il est encore tôt pour se prononcer selon Guerguiev : « Il est trop tôt pour les conclusions, il faut avoir une vision d’ensemble de l’édifice, ce qui est impossible pour le moment. Il manque encore l’escalier de verre ainsi que l’éclairage, qui doit sublimer la nouvelle salle et grâce auquel le théâtre remplira de son jeu d’illuminations le centre de notre ville qui manque tant de soleil et de lumière durant les longues nuits d’hiver »

Les architectes locaux questionnés par RIA Novosti émettent des réserves sur cette nouvelle construction. 

« Le nouveau bâtiment du théâtre mérite un bon 12 ou 13/20. Il ne gâche pas trop la vue du quartier, les dimensions sont acceptables, il n’a pas trop l’air disproportionné ou maladroit. Le seul hic : il est bien trop banal. Si l’on considère le statut du théâtre Mariinski dans le culture musicale mondiale, alors le nouvel espace n’atteint pas son niveau. L’extérieur du nouveau théâtre devrait correspondre au statut culturel du théâtre », regrette Félix Bouïanov, directeur du bureau d’architecture B2. 

Il a précisé qu’au départ, il soutenait le projet de Dominique Perrault. 

« Ce projet aurait marqué Saint-Pétersbourg et l’architecture russe dans son ensemble, mais cela n’a pas eu lieu. C’est regrettable de manquer un tel événement», a-t-il ajouté.

Le directeur du bureau Liteïnaïa chast-91 Raphaël Daïanov a qualifié la nouvelle scène d’exclusivement fonctionnelle.

« Cette construction est un bâtiment purement fonctionnel, il n’est même pas question d’architecture. Il y a sûrement une bonne acoustique, une belle scène, et une belle salle. Quant au côté architectural, une intégration à l’espace environnant ou à un événement marquant pour l’architecture, il n’en est pas question et ce n’était pas l’objectif », a-t-il précisé.

D’après les articles sur Ria.ru, Ria.ru/culture, Mariinsky.ru

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.