L’énergie au cœur du problème industriel

Dessin de Konstantin Maler

Dessin de Konstantin Maler

La spécialisation économique de l’Ukraine orientale et du sud-ouest de la Russie est identique. Dans la période de développement industriel de l’URSS, chaque région avait une spécialisation définie à l’échelle de tout le pays, le sud-est de l’Ukraine étant le cœur industriel de la partie européenne de l’URSS. La chute de l’URSS a provoqué l’obligation de régler trois problèmes fondamentaux de l’interactivité économique : le transit du gaz naturel de la Russie vers l’Union européenne par le territoire de l’Ukraine, la nécessité de maintenir les liens technologiques entre les entreprises mécaniques d’Ukraine et de Russie, la concurrence soudainement apparue dans la livraison de denrées agricoles et celle qui se livre sur le marché mondial de l’armement.

Le premier problème est le transit du gaz, qui rapporte à l’Ukraine 2,9 milliards d’euros par an. La situation de monopole de l’Ukraine dans le transit (52%) la place en position de force pour négocier avec la Russie d’importantes réductions sur le gaz pour sa consommation intérieure.

Le deuxième problème, celui de l’armement, concerne les entreprises mécaniques d’Ukraine, technologiquement liées aux sociétés russes, de multiples composants clés des missiles étant fabriqués en Ukraine.
Le règlement des problèmes énumérés dépend clairement des décisions du pouvoir politique en place à Kiev. Quand des représentants de l’Ukraine occidentale sont au pouvoir, les problèmes s’enveniment. Quand c’est un représentant de l’Est (Ianoukovitch), la situation tend à se normaliser.

La situation actuelle est liée à la concurrence entre la Russie et les États-Unis sur le marché européen du gaz. La Russie livre 150 milliards de mètres cube de gaz au prix de 340-380 dollars (247-277 euros) pour 1 000 mètres cube. Les Américains sont prêts à fournir leur gaz de schiste ou leur charbon aux centrales électriques européennes à des prix inférieurs à 300 dollars (218 euros) pour 1 000 mètres cube.

C’est avantageux pour l’Europe, mais celle-ci est liée à la Russie par des contrats à long terme. Si le gouvernement « pro-occidental » nouvellement formé à Kiev recommence à perturber le transit, les exportateurs américains bénéficieront d’une formidable chance de promouvoir leur gaz de schiste et leur charbon sur le marché européen. Il est tout à fait évident que cette situation n’arrange pas la Russie et que celle-ci mettra en place les mesures nécessaires pour l’établissement des conditions de transit normales.

Alexeï Skopine est professeur titulaire de la chaire d’économie régionale et de géographie économique à l’École nationale supérieure d’économie

Réagissez à cet article tweetant @rbth_fr #Ukraine

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.