Biopics : cinéma au service de l’ État

Dessin d'Alexeï Iorch

Dessin d'Alexeï Iorch

Dessin d'Alexeï Iorch

Le cinéma russe connaît une nouvelle mode : les biopics - des films biographiques sur des célébrités. Les exemples les plus frappants sont deux films sur les personnalités cultes des années 1970, le chanteur Vladimir Vyssotski (Vyssotski, merci d’être en vie, 2011) et le hockeyeur Valeri Kharlamov (Légende № 17, 2013). Une biographie du premier homme envoyé dans l’espace, Youri Gagarine, Le premier vol, est également sortie en 2013. Les films sur le gardien de but (de foot) Lev Yachine et le lutteur Ivan Poddoubni sont en cours de réalisation.

Cette mode n’est pas tant motivée par des considérations commerciales que par des intérêts idéologiques. Étant donné que la quasi-totalité des films russes actuels sont réalisés avec l’apport financier de l’État (entre 10 et 100% du montant), le pouvoir dispose de leviers d’influence sur les producteurs et les réalisateurs. Le cinéma russe a été chargé d’une mission : créer l’équivalent de Hollywood. L’idée est née au moment de la sortie du film de Steven Spielberg, Il faut sauver le soldat Ryan. Dix ans durant, l’objectif suprême des réalisateurs russes est de « créer un film comme celui de Spielberg, mais sur les Russes ». Le pic des espérances a été nourri par la sortie de Soleil trompeur 2 (2010, 2011), de Nikita Mikhalkov. Mais le film fut un échec commercial et recueillit des critiques très négatives en raison de la verbosité et des hypothèses fantasques du réalisateur.

Lorsqu’il devint clair que rivaliser avec Hollywood est impossible, un recentrage sur le marché intérieur fut décidé : les préférences iraient à la promotion de « l’unité de la nation ». La recherche de thèmes capables d’émouvoir aussi bien les anciennes générations de Soviétiques que celles qui ont grandi dans la Russie démocratique a remis au goût du jour le thème de la guerre. Les adaptations cinématographiques des conflits, depuis la guerre russo-turque jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, incarnent la tendance du nouveau cinéma patriotique des années 2000.

Des centaines de films et de séries traitent de ce thème, pour la plupart sans connaître de succès commercial ou de grandes audiences. Le public se lasse petit à petit de ce type de films. Selon les enquêtes de la Movie Research Company, au premier semestre de l’année 2011, le cinéma russe a enregistré une baisse d’audience de 29% (par rapport aux chiffres de la même période de l’année précédente). Selon les estimations du magazine Iskusstvo kino, en 2014 les films russes ne recueilleront que 10% des recettes de l’industrie. Aucun film sur la guerre n’a été rentable en Russie (à l’exception de la Forteresse de Brest, 2011). La guerre n’intéresse plus le public.

Suite au succès inattendu de Légende № 17, l’adaptation de biographies de personnalités célèbres apparaît comme la planche de salut du cinéma populaire russe. La première tentative du genre fut Amiral (2008), le film sur l’amiral Koltchak, chef des forces antibolchéviques lors de la guerre civile en Russie, suivi de Vyssotski, merci d’être en vie. Pourtant, la biographie de Valeri Kharlamov n’est pas tant un biopic qu’un film sur l’opposition de deux systèmes, l’américain et le soviétique, le héros principal du film n’étant qu’un rouage mineur de la Guerre froide. La biographie récente du premier homme dans l’espace, Youri Gagarine, est sortie plus d’un demi-siècle après son vol. Le film n’a pas rencontré un grand succès commercial en raison d’une promotion insuffisante à la télévision mais surtout à de l’inconsistance artistique du film. Gagarine est présenté comme une icône complètement dénuée de toute humanité.

Vladimir Poutine intervient en encourageant l’idée de réaliser un film sur le célèbre gardien de l’équipe de football d’URSS, Lev Yachine, à l’initiative de la direction du projet VTB Arena Parc avec le soutien de la banque VTB. La réalisation débutera en 2014, la sortie est prévue en 2017.

Andreï Peregoudov, vice-président senior de la banque VTB, en charge du projet VTB Arena Parc, explique ainsi sa vision : « Parmi les derniers films que j’ai vus, celui sur Gagarine m’a le plus impressionné. J’aimerais que le film sur Yachine puisse procurer des émotions aussi fortes ». Selon Peregoudov, suite à de longues négociations, la veuve du gardien de but, Valentina Yachina, a accepté de participer au projet en tant que consultante.

Le genre biopic est tout à fait légitime. Des centaines de films de ce type sont tournés en Occident sur des basketteurs, des peintres, des écrivains et d’autres personnalités de premier plan.
Avec une différence non négligeable. L’idée, derrière les biopics occidentaux, est de montrer à quel point il est important d’être libre et croire en soi pour réussir. La morale des biopics russes est tout autre : pour être célèbre et respecté, il faut collaborer avec l’État.

L’auteur est culturologue et 
critique de cinéma.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies