Sergueï Lavrov dévoile la philosophie de la politique extérieure russe

Image par Natalia Mikhaylenko

Image par Natalia Mikhaylenko

Le président russe Vladimir Poutine a approuvé le 12 février une nouvelle version du Concept de politique étrangère de la Fédération de Russie.

Le projet du Concept a été harmonisé avec tous les ministères et organes les plus actifs dans l'activité internationale et examiné par différents départements de l'administration présidentielle russe. Sa préparation a impliqué la communauté des experts russes, y compris les membres du Conseil scientifique auprès du ministre des Affaires étrangères.

Le principal résultat de ces discussions est la compréhension du fait que l'indépendance de la politique extérieure actuelle de notre pays n'a aucune alternative. En d'autres termes, nous ne pouvons pas, même hypothétiquement, envisager la possibilité de cantonner la Russie au rôle de « copilote » subordonné à quel qu'autre acteur clé que ce soit sur la scène internationale.

L'indépendance de la politique étrangère de la Russie est déterminée par ses dimensions géographiques, son emplacement géopolitique unique, sa tradition historique séculaire, ainsi que la culture et l'identité de notre peuple.

Cette ligne est aussi le fruit des 20 dernières années de développement du pays dans un nouveau contexte historique, d'une période pendant laquelle – souvent au prix de tentatives et d'erreurs – nous avons réussi à mettre en place une philosophie de politique étrangère répondant au mieux aux intérêts de la Russie à l'étape actuelle.

Le principal objectif de l'activité internationale de la Russie est de créer des conditions extérieures favorables pour son essor économique, sa transition sur les rails de l'innovation, et l'amélioration du niveau de vie de la population.

Évidemment, l'objectif consistant à assurer une augmentation constante du potentiel du pays ne peut être atteint que dans un contexte de stabilité internationale. Il en découle donc que pour la Russie, assurer la paix et la sécurité mondiale est à la fois une obligation en tant qu'acteur global, membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU, et un élément clé afin de réaliser ses propres objectifs.

À cet égard, on entend parfois résonner des accusations de conservatisme à l'égard de notre politique étrangère, selon lesquelles nos efforts viseraient à occuper une position inévitablement perdante consistant à défendre un statu quo forcément changeant. C'est une déformation flagrante de la doctrine de politique étrangère russe.

Nous partons du fait que le monde se trouve à un tournant brutal, qu'il est entré dans une ère de changements profonds dont le résultat est presque impossible à prévoir.

Dans cette situation, le choix est évident : soit exacerber les tensions interculturelles et intercivilisationnelles au risque de les voir déraper en conflit ouvert, soit approfondir un dialogue équitable mutuellement respectueux, afin de promouvoir le partenariat entre les civilisations.

}

Nous sommes convaincus que le moyen le plus fiable d'éviter de voir dégénérer la concurrence mondiale en confrontation militaire est de travailler sans relâche pour assurer un leadership collectif des grandes nations mondiales, leadership qui doit être représentatif au sein des relations géographiques et civilisationnelles.

L'activité diplomatique de la Russie vise à influer positivement sur les processus mondiaux en vue de la création d'un système de relations internationales poly-centré stable, dans l'idéal autorégulé, dont la Russie est légitimement l'un des centres principaux. Nous sommes ouverts à un dialogue global sérieux avec toutes les parties intéressées, étant entendu que nul ne peut prétendre avoir le monopole de la vérité.

La Russie est un fervent partisan de la méthode de la diplomatie en réseau, qui suppose la création d'unions d'Etats souples, y compris superposées, en fonction de leurs intérêts communs. Un exemple réussi de formation d'association de ce type regroupant des pays situés sur différents continents est le groupe des BRICS.

Notre pays, qui présidera en 2013-2015 le G20, le G8, l'OCS et le BRICS, mène une ligne politique énergique visant à optimiser la contribution de ces formats multilatéraux au renforcement de la gouvernance mondiale. C'est une des manifestations concrètes de la politique étrangère multivectorielle de la Russie.

La Russie, conformément à sa tradition, continuera à jouer le rôle de facteur d'équilibre dans les affaires internationales, un rôle dont la pertinence est confirmée par la majorité de nos partenaires. Cela s'explique non seulement par le poids international du pays, mais aussi par le fait que nous avons notre propre opinion sur les événements, ancrée sur les principes de droit et de justice.

L'attractivité croissante de la Russie est également associée à l'expansion du potentiel de son « soft power » en tant que pays qui conjugue un riche patrimoine culturel et spirituel avec des capacités uniques de développement dynamique, et qui promeut une interaction fructueuse avec le monde russe fort de millions d'habitants.

Moscou est convaincu qu'il existe, dans les points de vue des principaux acteurs internationaux sur les dossiers actuels les plus pressants, plus de points communs que de divergences, non pas en ce qui concerne les approches tactiques, mais les buts ultimes.

Car aujourd'hui, l'ensemble de la communauté mondiale souhaite réduire les zones de conflits internationaux et internes, résoudre le problème de la non-prolifération des armes de destruction massive et de leurs vecteurs, et limiter les possibilités des groupes terroristes et extrémistes.

En conséquence, l'objectif est de surmonter dans les actes, et non dans les mots, l'égoïsme individuel ou de groupe, et de prendre conscience de notre responsabilité commune envers l'avenir de la civilisation humaine.

Sergueï Lavrov est ministre des Affaires étrangers de la Fédération de Russie.

Texte original (en russe) disponible sur le site de la revue Mejdounarodnaïa Jizn.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.