La Russie tsariste à travers l’objectif de William Carrick

Le Musée d’art multimédia de Moscou présente « Photographies de l’Empire russe des années 1860 et 1870 », une exposition de William Carrick, le célèbre photographe russe d’origine écossaise. / Repas paysan, 1871

Le Musée d’art multimédia de Moscou présente « Photographies de l’Empire russe des années 1860 et 1870 », une exposition de William Carrick, le célèbre photographe russe d’origine écossaise. / Repas paysan, 1871

William Carrick / Musée d’art multimédia de Moscou
Huit photographies montrant les gens ordinaires d’une époque révolue.
William Carrick (1827-1878) était « un homme du monde » : né à Edimbourg, il fut élevé en Russie et y a passé la plupart de sa vie. Il vécut à Saint-Pétersbourg sous le nom de Vassili Andreïev, comme le veut la tradition russe. / Le lave-vaisselle, années 1860 et 1870
En 1856, William Carrick et John MacGregor, un technicien photographe ouvrirent un studio photo à Saint-Pétersbourg. / Marchand de fruits, Saint-Pétersbourg, années 1860
L’inventeur et chimiste russe Dmitri Mendeleïev, l’artiste russe Ivan Kramskoï et même le grand-duc Nicolas Alexandrovitch visitèrent le studio de Carrick. Des cochers, des soldats, des laquais, des domestiques et des cuisiniers faisaient la queue pour voir Carrick, tout comme la crème de Saint-Pétersbourg. / Une fille et une mariée en tenue de fête au village, 1871-1878
Mis à part les portraits traditionnels, William Carrick fut l’un des premiers photographes russes à immortaliser la vie des gens ordinaires. Dans les années 1860, il créa une série de photos de rue, en y incluant des marchands ambulants, des mendiants, des jardiniers, des vachères, des polisseurs, des ramoneurs de cheminée, des coursiers, des agents de police, des cochers, etc. / Mendiant, années 1880 et 1870
Vers la moitié des années 1860, William Carrick et son collègue et meilleur ami MacGregor, chargés d’une grande quantité de matériel, ont participé à plusieurs « expéditions photos ». Après avoir visité les provinces de Tver et Novgorod ainsi que la Finlande, ils se mirent en route pour un voyage le long de la Volga vers Simbirsk. Après la mort de MacGregor en 1872, Carrick continua son périple à travers la Russie. / Laitier, Saint-Pétersbourg, années 1860
Les photos de rues et les « scènes de genre »  de William Carrick devinrent célèbres. En 1862, l’héritier du trône, le grand-duc Nicolas Alexandrovitch, vit la collection et offrit au photographe une bague en diamant. La série de photos fut présentée dans des expositions partout en Russie, en France et en Grande-Bretagne. Elle récolta un grand succès et reçut de nombreux prix. / Village de Medino, 1871-1878
Les séries de photos de Carrick et MacGregor correspondaient à l’esprit de l’époque, une période de bouleversements sociaux et artistiques qui accompagnèrent les grandes réformes (parmi lesquelles l’abolition du servage) et le développement du réalisme dans les beaux-arts et la littérature. / Un groupe de paysans sur un traîneau, 1876-1878