Cyclisme de l'extrême le long du Transsibérien

« On nous avait prévenus que la course deviendrait de plus en plus difficile, mais maintenant c’est pratiquement exponentiel ». Le britannique Steve Harvy partage ses impressions. « Même prendre une douche n’aide en rien contre cette chaleur, vous êtes de nouveau en nage en un instant à cause de la chaleur intense qui règne sur tout l’itinéraire, en plus du vent brûlant. À propos, pour ceux qui voudraient perdre du poids, je recommande vivement de faire quelques étapes de cette course, et vos kilos en trop s’évaporeront avec l’eau ! » / Etape Ekaterinbourg-Omsk.

« On nous avait prévenus que la course deviendrait de plus en plus difficile, mais maintenant c’est pratiquement exponentiel ». Le britannique Steve Harvy partage ses impressions. « Même prendre une douche n’aide en rien contre cette chaleur, vous êtes de nouveau en nage en un instant à cause de la chaleur intense qui règne sur tout l’itinéraire, en plus du vent brûlant. À propos, pour ceux qui voudraient perdre du poids, je recommande vivement de faire quelques étapes de cette course, et vos kilos en trop s’évaporeront avec l’eau ! » / Etape Ekaterinbourg-Omsk.

Denis Clero / Photos fournies par le service de presse de Red Bull Trans-Siberian Extreme
Red Bull Trans-Siberian Extreme, la première course cycliste ultra-marathon, a démarré le 15 juillet à Moscou face au théâtre Bolchoï et s'est achevé le 6 août à Vladivostok