11 tableaux du ballet à travers le regard des artistes russes

 

Les artistes ont souvent mis en scène le ballet russe : les positions, les mouvements et l’élasticité des danseurs ont inspiré la création de véritables chefs d’œuvres / Portrait de la danseuse Olga Lepechinskaïa. Alexandre Guerassimov, 1939

 

Les beaux-arts et la dance se sont mutuellement enrichis au cours du XXe siècle : dans une grande mesure, c’est la peinture qui a présenté le ballet russe au monde et qui l’a rendu si célèbre. / Zinaida Serebriakova, les vestiaires des danseuses.

 

Pendant trois ans, l’artiste Zinaïda Serebriakova (1884-1967) a eu l’occasion d’assister aux répétitions de ballet au théâtre Mariinsky. Les scènes dont elle a été témoin sont reflétées dans sa magnifique série de portraits et compositions du ballet / Les sylphides (Ballet Chopiniana), Zinaida Serebriakova, 1924

 

L’extraordinaire qualité visuelle de la peinture, de l’art graphique, de la photographie et de la sculpture a permis au ballet de s’affranchir des salles de théâtre et d’entrer dans l’imaginaire collectif. / Ilia Repine, Scène de ballet, 1875

 

Sergueï Diaghilev, personnage théâtral et défenseur de la culture russe, a joué un grand rôle dans la promotion du ballet russe à l’étranger. Il a embauché un grand nombre d’artistes russe pour produire les scènes et les décorations de ses saisons de « ballets russes » qui ont débuté à Paris, Londres et Rome en 1909./ Ballet russe. Champs-Elysées. Sylphides. Konstantine Somov

 

Diaghilev collaborait avec Natalia Gontcharova (1881—1962), Nicolas Roerich (1874—1947), Alexandre Benois (1870—1960), Zinaïda Serebriakova (1884-1967) et de nombreux autres peintres russes. Leurs créations ne sont pas de simples scènes de ballet, mais de véritables œuvres d’art à part entière qui ont laissé leur empreinte dans la culture mondiale. / Ballet russe, Konstantine Somov, 1910

 

Contrairement à Edgar Degas ou Constantin Somov, Zinaïda Serebriakova ne peignait pas des scènes d’action du ballet. Ses tableaux reflètent avant tout la vie dans les vestiaires des danseuses : elle montre le ballet à travers des portraits des danseuses en costumes. / Zinaida Serebriakova, dans les vestiaires des danseuses (Ballerines du Bolshoï), 1922

 

Alla Shelest (1919-1998) fut une danseuse étoile soviétique qui dansait et enseignait au théâtre Mariinsky, à l’Aterballetto à Reggio Emilia en Italie, et au théâtre d’opéra et de ballet de Budapest. / Viktor Orechnikov,  Portrait de la danseuse Alla Shelest, 1949

 

Le ballet « La Sylphide », avec la brillante danseuse russe Anna Pavlova (1881-1931) dans le rôle de la mythique sylphide, est basé sur le conte fantastique « Trilby » de l’auteur français Charles Nodier (1822).  / Valentine Serov, Anna Pavlova dans « La Sylphide », 1909

 

Sergueï Soudeïkine (1882-1946) s’est vu expulsé de l’École d’art de Moscou pour son style qu’on disait « n’appartenait pas au programme enseigné », mais quelques années plus tard il est devenu célèbre en tant qu’artiste du théâtre. Au cours de sa carrière, il s’occupait de la scénographie de plusieurs théâtres, dont le Metropolitan Opera / Sergueï Soudeïkine, 1910

 

Le ballet « Pavillon d'Armide », présenté pour la première fois au théâtre Mariinsky à St Pétersbourg en 1907, a été mis en scène à Paris deux années plus tard avec la danseuse étoile Anna Pavlova, grâce aux ballets russes de Sergeï Diaghilev / Sergueï Soudeïkine, ballet russe (Pavlova et Nijinsky dans « Pavillon d'Armide »), 1907

 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.