Des contes populaires aux œuvres de Pouchkine: histoire de l'illustration d'ouvrages en Russiе

On considère que la publication des contes de Pouchkine, de ses poèmes et de ses récits illustrés par Victor Vasnetsov, Elena Polenova et Sergueï Malioutine, ont encouragé le développement de l'illustration de livres en Russie.

Les plus grands succès de Malioutine à cette époque - en particulier à la fin des années 1890 - sont liés à l'illustration d'ouvrages littéraires ("L’Histoire du Tsar Saltan", "Ruslan et Ludmila", et d'autres œuvres d'Alexandre Pouchkine).

Elena Polenova — sœur du célèbre peintre Vassili Polenov — était une artiste remarquable qui collectionnait et préservait les œuvres d'art populaire avec rigueur. Lors de ses voyages dans des villages russes, elle rassemblait des objets du quotidien des paysans, les peignait, et consignait des récits par écrit.

Les artistes russes ont souvent "rendu hommage" aux illustrations de sagas russes, y compris les représentants du "grand style" Vassili Vasnetsov, Illia Repine, Valentin Serov, Mikhaïl Roerich, et sous l'ère soviétique, Pavel Korine, Andrei Boubnov, Alexandre Gerasimov, et bien d'autres.

Rien d'étonnant : c'est la nature littéraire des personnages de la peinture russe qui caractérisaient le style pictural russe. Des références directes à la littérature, l'emploi d'images adaptées, et la volonté de transmettre par un langage pictural les sentiments inspirés par la poésie, les paraboles bibliques ou les contes de fées, constituaient la technique la plus répandue dans la culture artistique russe.

L'illustrateur le plus célèbre était peut-être Ivan Bilibine (sur l'image : illustration de "L’Histoire Du Tsar Saltan", par Pouchkine - 1906) Les experts considèrent à juste titre qu'il a obligé "toutes les générations suivantes à percevoir les mythes locaux à travers son regard".

Roerich, qui se démarquait de par son intérêt pour le spirituel et le sacré, a illustré le "Livre de la Colombe", une compilation des poèmes spirituels des peuples slaves de l'Est, datant de la fin du 15e ou du début du 16e siècle. Ceux-ci racontent l'origine du monde à travers des questions/réponses.

Au 20e siècle, les artistes ont souvent cantonné la forme libre aux publications, non soumises aux contrôles stricts et à la pression des dogmes idéologiques Le tableau d'Anatoli Kaplan "Garçon à une table" (1947), sur l'image, transporte le spectateur dans le monde révolu des manoirs russes, issu de la littérature populaire.

Inspirés des contes populaires russes, les tableaux d'Alexandra Konovalova, peints dans les années 20, représentent des exemples remarquables du style expressif puissant employé par Petrov-Vodkine et Deïneka.

Ce style est magnifiquement représenté parmi les illustrateurs soviétiques, à l'instar d'Alexandre Boubnov, un artiste dont le nom reste associé au tableau "Un matin sur le champ de Koulikovo", œuvre épique et patriotique. Le récit a été rédigé durant la guerre, en s'inspirant de ballades russes.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies