Les traditions royales de la chasse se perpétuent en Russie

À Mozaïsk, dans la région de Moscou, des événements équestres en costume sont organisés au ranch Avanpost. Tous ceux qui sont intéressés peuvent participer à une authentique chasse à courre, comme au 19e siècle.

La chasse se déroule conformément aux traditions et aux règles de la chasse à courre russe. Tout d'abord, les participants vêtus de costumes d'époque forment une ligne, appelée "rovniazka" (ligne droite) par les chasseurs. La chasse à courre royale ne se déroule qu'en plein air, avec au moins trois meutes de chiens.

Autrefois, la chasse était considérée comme le meilleur moyen de préparer les guerriers à une vie de combats et d'errance. Presque tous les princes russes ont réalisé l'importance de la chasse.

Il existait deux types de chasse pour les rois et les princes : la fauconnerie et la chasse à courre. Dès l'Antiquité, la fauconnerie était connue à travers le monde comme une divertissement royal, et servait de distraction aux princes russes.

Vers la fin du 17e siècle, la chasse aristocratique est devenue un loisir fréquent pour les tsars russes. C'était un monde à part, avec un cérémonial et un protocole spécifiques, destinés à montrer aux sujets et aux hôtes étrangers tout le prestige, la grandeur, l'autorité et la puissance du roi et de son pays.

Les maîtres de l'Ordre Koniouchenni préparaient les objets de cérémonie pour le convoi dédié aux parties de chasse royales, à Moscou. De nombreux maîtres coopéraient pour créer ces objets : les selliers fabriquaient des selles ; les bourreliers, le harnachement ; les maréchaux-ferrants forgeaient les fers et les étriers, et les argentiers créaient les ornements.

Pendant le règne d'Alexeï Mikhaïlovich Romanov (1629—1676), la chasse a pris une importance politique significative en améliorant les contacts entre pays voisins. Des buses et des faucons étaient offerts en guise de cadeaux diplomatiques, et considérés comme une marque du statut social.

La fauconnerie pratiquée par le tsar Alexeï Mikhaïlovich rassemblait cent fauconniers qui restaient aux côtés des oiseaux toute l'année, nuit et jour. Dans les villes de Kolomenski, Sokolniki et Pokrovskoïe, les domaines de Sokolniki et de Kolomenski font désormais partie de Moscou, tandis que Pokrovskoïe se situe à 45 km du centre de la capitale.

La chasse à courre proprement dite, avec des chiens de St-Hubert et des lévriers anglais, ne servait qu'à chasser le gibier. De 25 à 28 meutes de chiens parcouraient les champs avec les hôtes. Ceux-ci chassaient plutôt vers Perchino, à toute heure du jour. L'automne, ils choisissaient des lieux plus éloignés ou des champs en périphérie.

L'échange de trophées de chasse entre des représentants du gouvernement et l'élite politique de Russie et d'ailleurs a contribué au développement de relations de voisinage. Ces cadeaux rappelaient les services rendus et les bienfaits déjà apportés, et exprimaient le souhait du donateur de nouer, à l'avenir, des relations comparables.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies