Le Musée Russe: la plus grande collection d'art russe au monde

Le Musée Russe possède la plus grande collection d'art russe au monde. Il comprend 400.000 œuvres de peinture, sculpture et arts décoratifs, hébergés dans quatre palais de Saint-Pétersbourg (Mikhaïlovski, Mramorny, Stroganovski, Château Injenerny), et le Jardin d'été.

On y montre des œuvres célèbres comme « Les derniers jours de Pompéi » de Brioullov, les Haleurs sur la Volga de Repine, le Chevalier à la croisée des chemins de Vasnetsov. En outre, on peut admirer des œuvres célèbres de Serov et Bakst, Malevitch et Petrov-Vodkine. La collection du musée est une sorte d'encyclopédie de toutes les époques du développement de l'art russe: tous les genres, tendances et écoles du 10e siècle à nos jours y sont représentés.

Bien qu'il ait fallu beaucoup plus de temps pour qu'un musée d'art national apparaisse à Saint-Pétersbourg qu'à Moscou, il a immédiatement obtenu un statut national et une résidence permanente à l'intérieur de l'un des grands palais de la ville.

Tel que conçu à l'origine par le tsar Alexandre III, il devait incarner visuellement l'idée russe. Dans les mots de la "communauté progressiste", son but était de montrer la contribution exceptionnelle de l'art russe à la culture mondiale.

Selon le plan initial, l'exposition devait être composée de trois parties: l'une consacrée à la vie de l'empereur régnant, une autre à l'ethnographie et à l'artisanat, et la derrière aux beaux-arts. Toutefois, la première a rapidement perdu sa pertinence, la seconde a été affectée à un musée distinct, tandis que le Musée Russe du tsar Alexandre III a commencé à compléter sa collection non seulement avec des peintures et des sculptures, mais aussi avec des chefs-d'œuvre architecturaux de différentes époques.

Au commencement, en 1895, l'exposition était formée d'œuvres de la collection préexistante de l'Ermitage, ainsi que de collections d'art données au musée par la princesse Tenicheva et le prince Lobanov-Rostovski, deux collectionneurs émérites d'art russe.

En 1917, le musée a subi le même sort que les rues, palais et autres sites municipaux de Saint-Pétersbourg: toute mention du tsar a été retirée et le nom a été réduit à seulement deux mots : "Musée Russe". Curieusement, le bouleversement national a contribué à reconstituer la collection.

Deux ans après la Révolution d'Octobre, le musée a ouvert l'aile Benoit, nommée en l'honneur du directeur et architecte Leonti Pavlovitch Benoit. Conçu en 1910-1912 ans comme un pavillon pour des expositions temporaires et permanentes, l'aile a été transformée en 1932 en section d'art moderne du Musée Russe.

Le blocus de Leningrad, qui menaçait d'étouffer toute la ville, n'a pas épargné le Musée Russe. Mais grâce aux efforts de quelques employés, la collection est restée presque intacte. La partie la plus précieuse de la collection a été évacuée à Perm. La partie restante a été cachée dans les sous-sols et les entrepôts du musée, tandis que la série sculpturale Anna Ioannovna avec un garçon noir a été enterrée dans la cour.

Chaque bâtiment du Musée d'État russe est une relique vivante. Le palais Stroganov de style baroque affiche des intérieurs restaurés de l'époque élisabéthaine russe. Le Palais Mramorny (de Marbre) austère, construit sous le règne de Catherine II, organise des expositions d'art moderne.

Le château Injenerny (des Ingénieurs), une forteresse protégée par un fossé et les rivières Moïka et Fontanka, est principalement consacré à l'époque du tsar Paul Ier et est réputé pour son amphithéâtre. Le Jardin d'été unique, qui a rouvert après rénovation au printemps 2012, est une preuve supplémentaire que la nature encadrée par des architectes et sculpteurs de talent peut être un monument municipal au même titre que le marbre froid et le granit.

Au cours de son histoire de plus d'un siècle, le musée s'est converti en un vaste complexe, sans équivalent en Russie. C'est à la fois une collection d'art, un célèbre centre de restauration, et un institut de recherche.

Les archives de la bibliothèque du musée contiennent environ 170.000 documents imprimés. Chaque année, des collections sont prêtées à différents musées du monde, et le Musée Russe ouvre ses portes à près de 50 expositions temporaires.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies