Les Russes font moins confiance aux journalistes qu’aux scientifiques et aux professeurs