En images: à quoi ressemblent les sépultures des Russes les plus célèbres?

Russia Beyond (Westend61/Getty Images; Sputnik; Domaine public)
L'URSS aimait ériger des monuments pompeux. Mais à quoi ressemblent les tombes des personnalités les plus légendaires – Tolstoï, Lénine, Staline et autres?

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Les Russes aiment se remémorer le passé et, en se promenant dans les cimetières, regardent les pierres tombales avec intérêt. Les cimetières les plus célèbres de Russie proposent des visites guidées, et au cœur de la capitale, sur la place Rouge, se trouve une véritable nécropole. En plus du mausolée de Vladimir Lénine, le rempart du Kremlin contient de nombreuses sépultures de fonctionnaires, de généraux, de cosmonautes importants – et cela inclut des étrangers. Même hors du pays, les Russes ne manquent pas de visiter un ancien cimetière et de trouver, parfois, des tombes de leurs compatriotes. À quoi ressemblent celles des Russes célèbres en Russie ? En voici quelques-unes.

Alexandre Pouchkine (1799-1837)

Portrait de Pouchkine par Oreste Kiprensky, 1827

Le poète le plus célèbre du pays a été mortellement blessé dans un duel près de Saint-Pétersbourg – il a été abattu par l'amant présumé de sa femme, Natalia Gontcharova, le Français Georges d'Anthès. En fait, il avait été conduit à cette situation par des intrigues à la cour. La mort du premier poète du pays en a choqué plus d'un, et l’on a eu tendance à en imputer la responsabilité aux autorités et à leur entourage. Des milliers de personnes venues dire adieu au poète décédé ont exprimé leur mécontentement face à la tragédie.

Tombe de Pouchkine au monastère de Sviatogorsk, dans la région de Pskov

Pour éviter d'éventuelles perturbations, l'empereur a ordonné de paisibles funérailles. Le cercueil a été secrètement transporté de nuit, avec des gendarmes, dans la province de Pskov (à 600 km au nord-ouest de Moscou), et le poète a été enterré dans le monastère de Sviatogorsk, non loin de sa propriété familiale de Mikhaïlovskoïé.

Lire aussi : Pourquoi le tsar Pierre le Grand n'a-t-il été enterré que six ans après sa mort? 

Nicolas Gogol (1809-1852)

Portrait de Gogol par F. Moller, début des années 1840

La mort de l'écrivain russe le plus mystique est encore entourée de mystère et de légende. Selon ses contemporains, Gogol avait très peur de tomber dans un sommeil léthargique et d'être enterré vivant (une légende raconte que c'est exactement ce qui s'est passé). Gogol est mort à l'âge de 43 ans dans des circonstances obscures, vraisemblablement à la suite d'une grave dépression nerveuse. Neuf jours avant sa disparition, pour des raisons inconnues, il a brûlé le deuxième volume, presque achevé, des Âmes mortes, son œuvre majeure. Cet événement a été un choc pour l'auteur lui-même. Gogol a été enterré dans le cimetière du monastère Danilov à Moscou. Sa tombe a été ornée d'une croix en bronze sur un « golgotha » surélevé et d'une plaque de marbre noir.

Croquis de la tombe dans le cimetière Danilov / Tombe moderne au couvent de Novodievitchi

En 1930, les autorités soviétiques ont cependant fermé le monastère et détruit la nécropole, de sorte que les restes de l'écrivain ont été déplacés au couvent de Novodievitchi à Moscou. Par la suite, des rumeurs ont commencé à circuler selon lesquelles, lors des exhumations, l’on aurait découvert que le crâne de Gogol n'était pas dans la tombe et avait été volé, ou que le crâne était retourné sur le côté, confirmant les propres craintes de Gogol, à savoir qu'il avait été enterré vivant. L'aspect moderne de la tombe au cimetière de Novodievitchi reprend l'original.

Léon Tolstoï (1828-1910)

Tolstoï photographié par Sergueï Prokoudine-Gorki en 1908 à Iasnaïa Poliana

Écrivain ayant vécu jusqu’à un âge vénérable et l'une des figures littéraires russes les plus prolifiques, Léon Tolstoï a connu un bouleversement spirituel dans ses dernières années. Il a beaucoup réfléchi à la foi et à l'Église officielle, cette dernière étant très critiquée dans ses traités. Entre autres, il a écrit que le rôle du prêtre en tant que médiateur dans la communication entre l'homme et Dieu était tout simplement superflu. Les traités théologiques de Tolstoï et son dernier roman, Résurrection, ont même été interdits par la censure laïque et ecclésiastique. En conséquence, l'écrivain a été excommunié de l'Église orthodoxe russe.

En raison de son bouleversement spirituel, il a également commencé à sympathiser avec les vieux-croyants, cette communauté orthodoxe vivant selon les rites datant d’avant les réformes religieuses du XVIIe siècle, à mener une vie très simple et a renoncé à presque toute propriété privée... mais s’est heurté à l'incompréhension prévisible de sa femme (leur domaine leur apportait, ainsi qu'à leurs nombreux enfants, leur principal revenu). Finalement, un conflit familial a éclaté et l'écrivain de 82 ans s'est enfui dans l'espoir de gagner le sud. Cependant, en chemin, il est tombé malade et est mort dans la petite gare d'Astapovo. Cette station porte désormais le nom de l’écrivain.

L’auteur excommunié a été enterré dans son domaine de Iasnaïa Poliana, dans la région de Toula (180 km au sud de Moscou), dans les bois – sans service funèbre ni cérémonie religieuse (bien que des rumeurs aient fait état d'un enterrement secret). Selon sa propre volonté, il n'y a ni croix ni pierre tombale – juste un monticule d'herbe.

Piotr Tchaïkovski (1840-1893)

Portrait de Piotr Tchaïkovski par N. Kouznetsov, 1893

En 1893, Tchaïkovski, en parfaite santé, a bu de l'eau non bouillie dans un restaurant de Saint-Pétersbourg, malgré une épidémie de choléra. Le lendemain matin, il est tombé malade et quatre jours plus tard, il est mort dans les tourments de la maladie.

Selon une légende, qui circule parmi les émigrés russes, Tchaïkovski se serait néanmoins suicidé par crainte d'être persécuté pour son homosexualité. Les symptômes de l'empoisonnement à l'arsenic seraient en effet similaires à ceux du choléra.

Les funérailles du compositeur ont été payées personnellement par l'empereur Alexandre III. Elles ont eu lieu dans la cathédrale Notre-Dame-de-Kazan, à Saint-Pétersbourg, avec un chœur des théâtres impériaux. Même les membres de la famille Romanov ont assisté à cet événement. Le principal compositeur russe a été enterré au cimetière Tikhvine, dans le monastère de la Sainte-Trinité-Alexandre-Nevski de la capitale impériale.

Lire aussi : Les plus beaux monastères insulaires de Russie

Vladimir Lénine (1870-1924)

Lénine en 1920

Cinq ans seulement après la révolution de 1917, Lénine est tombé malade, vraisemblablement en raison de la tension nerveuse due aux discours incessants, au travail épuisant et au stress de la tentative d'assassinat de 1918. Après avoir survécu à trois attaques cérébrales et perdu la parole, le leader de la révolution est mort d'une hémorragie cérébrale (bien que la rumeur ait couru qu'il ait en fait été frappé par la syphilis). La mort de Lénine a suscité toute une vague de rumeurs les plus incroyables – qu'il avait fui à l'étranger, qu'il était mort depuis longtemps et que son corps avait été congelé, ou que ce n'était pas son corps mais une poupée de cire...

Le mausolée temporaire en bois

La question de savoir exactement comment enterrer Lénine avait été discutée au préalable, alors qu'il était encore en vie mais déjà gravement malade. Après tout, un homme qui avait pratiquement détruit l'Église et les cérémonies religieuses ne pouvait simplement être enterré selon la coutume chrétienne en vigueur en Russie. Selon la version officielle, l'idée de « conserver » le corps a alors été suggérée par Joseph Staline, qui aurait transmis les nombreux souhaits des travailleurs de voir le corps du dirigeant embaumé selon les méthodes de la science moderne. De nombreux camarades du Parti, cependant, étaient initialement sceptiques ; il leur semblait qu’un désir était nourri de remplacer par les « reliques » de Lénine celles des saints russes, ce qui était contraire au marxisme.

Aspect moderne du mausolée

Pour la cérémonie civile, le cercueil contenant le corps de Lénine a été exposé dans la salle des colonnes de la Maison des syndicats (elle accueillera plus tard plus d'un autre dirigeant soviétique). Après cinq jours de procession incessante, le corps embaumé a été placé dans un mausolée temporaire en bois sur la place Rouge. En 1930, un mausolée moderne en granit est apparu à sa place, où le corps de Lénine repose toujours dans un sarcophage transparent. Sa conservation est contrôlée par un laboratoire spécial.

Joseph Staline (1879-1953)

Staline

Le 1er mars 1953, Staline, âgé de 73 ans, s’est retrouvé paralysé du côté droit de son corps – un garde l’a trouvé allongé sur le sol. Trois jours plus tard, le petit père des peuples est mort – comme pour Lénine, la conclusion officielle était une hémorragie cérébrale.

File d'attente pour le mausolée en 1957

Le cercueil a également été exposé dans la Maison des syndicats et, pendant trois jours, un flot ininterrompu de personnes a fait la queue pour dire au revoir au dirigeant. Des membres de délégations étrangères sont également venus déposer des gerbes de fleurs. Le 9 mars, les funérailles ont finalement eu lieu, tristement célèbres pour avoir causé la mort d’une centaine de personnes, tuées par des mouvements de foule. Une procession funéraire solennelle a été organisée et le corps embaumé de Staline a été porté dans le mausolée de Lénine au son des tirs d'artillerie et durant le survol d'avions. 

Tombe moderne de Joseph Staline près du rempart du Kremlin

Les corps des deux dirigeants sont restés côte à côte pendant huit ans, mais en 1961, dans le cadre du démantèlement du culte de la personnalité de Staline, sa dépouille a été retirée du mausolée et enterrée près de la muraille du Kremlin, où il se trouve encore aujourd'hui. 

Iouri Gagarine (1934-1968)

Iouri Gagarine à bord de Vostok-1 avant le lancement, le 12 avril 1961

Sept ans après son légendaire vol spatial, Iouri Gagarine est mort dans un accident alors qu'il s'entraînait à bord d’un avion de chasse MiG. À l'époque, les Soviétiques avaient trouvé le moyen de contourner le « type chrétien » d'enterrement en pleine terre – et de nombreuses personnalités célèbres étaient incinérées.

Tombe de Iouri Gagarine près du rempart du Kremlin

Le même sort a été réservé à Gagarine et ses cendres ont été emmurées dans les remparts du Kremlin, où toute une nécropole d'hommes d'État, de communistes et de commandants militaires éminents a été formée.

Dans cet autre article, nous vous expliquions comment étaient enterrés les tsars avant Pierre le Grand.

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d'interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies