Que les Russes célèbrent-ils chaque 23 février?

Getty Images
Nous vous expliquons ce que les Russes célèbrent exactement le 23 février, pourquoi la fête est surnommée «jour de la crème à raser» et comment tout cela est lié à Staline.

Suivez Russia Beyond sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

S’il fallait décrire brièvement ce qu'est le 23 février pour les Russes, nous dirions ceci : c'est l'équivalent masculin de la Journée internationale de la femme. Seulement, contrairement au 8 mars, importé d'Occident, le 23 février est une invention purement russe.

Au fil des ans, cette date a changé de sens à plusieurs reprises et s'est finalement transformée en l'une des deux fêtes « de genre » (la seconde, comme vous pouvez le deviner, est la Journée internationale de la femme). Tout comme le 8 mars en Russie est pour l'écrasante majorité lié aux fleurs, aux bonbons et aux bons d’achat dans un magasin de cosmétiques, plutôt qu'à la lutte pour l'égalité, le 23 février s'est associé dans la conscience collective avec des chaussettes et de la crème à raser... Mais comment en est-on arrivé là ?

Comment cette fête est apparue

Le 23 février est devenu une fête officielle sous le régime soviétique – et c’est ce dernier qui l'a inventée. Elle a été célébrée pour la première fois en 1919. Il y avait plusieurs raisons à cela.

Parade sur la place du Palais, à Petrograd, célébrant le premier anniersaire de la création de l'Armée rouge des ouvriers et paysans

Le 28 janvier 1918, les Soviétiques adoptent un décret sur la création de leur armée. Deux semaines plus tard, le 11 février, ils ont publié un décret sur la création d'une flotte. Pour le nouveau gouvernement, les deux événements étaient importants et le premier anniversaire devait être célébré, mais en raison de retards bureaucratiques, les bolcheviks n'ont pas réussi à annoncer la fête à temps. Le 17 février 1919, un événement caritatif était prévu, la population devant, selon le plan des bolcheviks, faire des cadeaux aux soldats de l'Armée rouge. L'action s'appelait Jour du cadeau rouge. Mais elle est également tombée le mauvais jour. Ensuite, il a été décidé de célébrer les trois événements le même jour le dimanche le plus proche, qui était le 23 février.

La cinquième édition de la fête a été célébrée à grande échelle dans toute l'Union. Et pas le 28 janvier ou le 11 février, les jours réels de signature des décrets, mais comme la première fois le 23 février. Un nouveau nom officiel a été attribué à la fête - la Journée de l'Armée rouge et de la Marine. C'est alors, selon les historiens, qu’ont commencé des tentatives d’inventer un événement qui justifierait cette date du 23.

Lire aussi : Les huit principales fêtes célébrées par les Russes 

Construction d'un mythe

La même année, le journal Pensée militaire et Révolution a publié une déclaration selon laquelle le 23 février, la première unité de l'Armée rouge avait été formée, avant de prendre part aux batailles dans le nord-ouest (nous parlons de la Première Guerre mondiale).

Prestation de serment, 1918-19

L'année suivante, la Gazette militaire publie une copie de ce fameux décret de Lénine sur la création de l'Armée rouge, mais cette-fois avec une fausse date : le 23 février.

Dans la seconde moitié des années 1930, une autre version est devenue populaire : on disait que le 23 février 1918, une bataille décisive de l'Armée rouge nouvellement formée contre les troupes allemandes près de Pskov et de Narva avait eu lieu, et que les « rouges » avaient gagné pour la première fois.

Février 1968

De plus, après la mort de Staline, il s'est avéré qu’à en juger par les données en provenance des archives, l'armée allemande se trouvait ce jour-là à 55 km de Pskov et à 170 km de Narva. Certains historiens, en particulier Sergueï Naïda, pensent qu'il n'y a pas eu de batailles importantes à ce moment-là, et que la fête a été instituée en l’honneur de meetings à Petrograd (actuelle Saint-Pétersbourg) et de l'entrée massive de volontaires dans l'Armée rouge après la publication de l'appel de Lénine *La patrie socialiste est en danger ! en réaction à l'avancée allemande. D'autres, comme l'historien Vadim Erlikhman, pensent que l’épisode pourrait renvoyer à environ 300 tirailleurs lettons qui ont tenté de repousser les Allemands dans la ville de Valka. Mais, à en juger par les archives, ils n'ont pas gagné.

La version selon laquelle à l'aube de leur existence, les détachements de l'Armée rouge étaient peu efficaces, est étayée par les mots de Lénine lui-même : le 25 février 1918, dans l'article Une dure mais nécessaire leçon publiée par le journal Pravda, il a écrit : « Des rapports douloureusement honteux sur le refus des régiments de maintenir leurs positions, de défendre la ligne de Narva, le non-respect de l'ordre d’anéantir tout et tout le monde en cas de retraite ; sans parler de la fuite, du chaos, de l'impuissance, de la négligence... Il n'y a pas d'armée en République soviétique. »

Le 23 février 1964

Cependant, l'idéologie officielle a maintenu la version de « la victoire près de Pskov et de Narva ». Joseph Staline a mis fin à cette question dans une ordonnance datée du 23 février 1942. « Les jeunes détachements de l'Armée rouge, qui sont entrés en guerre pour la première fois, ont complètement vaincu les envahisseurs allemands près de Pskov et de Narva le 23 février 1918. C'est pourquoi le 23 février 1918 a été déclaré anniversaire de l'Armée rouge », a-t-il déclaré.

Journée de tous les hommes

La version de la « victoire près de Narva et Pskov » a été soutenue par la propagande d'État de l'URSS pendant de nombreuses années. Ce jour-là, il est devenu de tradition de tenir une réunion solennelle du parti, de célébrer la fête dans les unités militaires, les entreprises, les universités et les écoles.

Le 23 février 1991, un meeting à Leningrad

L’inauguration de musées, d’expositions et de compétitions militaires pour les écoliers était programmée à l’occasion de la fête.

Le 23 février est devenu particulièrement pertinent après la Seconde Guerre mondiale, lorsque le degré de patriotisme est monté en puissance. En 1946, la fête a de nouveau été renommée : la Journée de l'Armée rouge et de la Marine est devenue la Journée de l'Armée soviétique et de la Marine. Elle a gardé ce nom jusqu'en 1991.

Après la chute de l'Union soviétique, la fête a acquis son nom actuel - Journée du défenseur de la Patrie. Et si auparavant ce jour était ouvré pour tous les citoyens soviétiques (à l'exception du personnel militaire), depuis 2002, c’est devenu un jour férié pour toute la population.

Dans le même temps, sa signification est également floue. Le 23 février, on félicite tous les hommes, sans exception, qu'ils soient militaires ou qu'ils aient déjà servi ou non dans l'armée. Quoi qu’il en soit, les thèmes militaires comme le camouflage et les chansons militaires sont omniprésents ce jour-là.

En chiffres: les Russes et l’éventualité d’une femme au pouvoir

Fête de la mousse à raser

Sur le modèle du 8 mars, le 23 février en Russie, il est également de coutume d'offrir de petits cadeaux à tous les hommes. Cette tradition est enracinée dans les familles, les écoles, les entreprises et surtout au bureau.

À la veille de chaque 23 février, les employées discutent secrètement d'un plan de célébration et de cadeaux pour les hommes, et en guise de félicitations, en règle générale, on prononce des mots sur « le sexe fort », « la force, le courage » et d'autres attributs de la virilité. Soit dit en passant, beaucoup essaient de formuler des vœux de façon originale.

« Des filles en robes multicolores nous ont accueillis au travail le matin, ont distribué du cola et des hamburgers et ont pris des photos. Et puis elles ont marché en pantalons moulants et chemises blanches, portant des cravates et tentant des pistolets, ont distribué des missions (j'ai reçu des baisers de toutes les filles, un mec en a soulevé une 10 fois) et nous ont remis des urnes funéraires – en fait, des thermos avec le logo de l'entreprise », se souvient l'utilisateur surnommé SnakeAiz.

Le lendemain du 23 février

« Pour cette fête, les filles nous ont offert des chapeaux pour le banya, certains en forme de casque de pilote, d'autres en forme de casquette militaire. Ensuite, une table a été dressée et l'entreprise a envoyé 4 500 roubles à chacun sur la carte », explique Technar.

Cependant, beaucoup plus souvent, le budget pour les félicitations est limité (parce que chaque employé, en règle générale, fait un cadeau de sa propre poche), et beaucoup offrent un cadeau symbolique. Parmi les cadeaux typiques figurent des stylos, des tasses, des chaussettes, du gel-douche, des blocs-notes, des calendriers et… oui, de la crème à raser.

Cette dernière est presque devenue la personnification d'un cadeau standard du 23 février.

À la veille du 23 février, achetez une mousse ou un gel à raser, des chaussettes, un parfum et un nouveau rasoir. Plongez votre petite amie dans l'embarras.

Chaque année, bien que les sondages montrent que les chaussettes et les accessoires de rasage sont parmi les cadeaux les plus indésirables, dans certains endroits de Russie, la mousse et les rasoirs font l’objet d’une véritable razzia avant chaque 23 février, et les médias publient non sans ironie des sélections des meilleures mousses pour tous les budgets.

Pour découvrir comment les Russes changent pendant le service militaire, veuillez suivre ce lien

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies