Pourquoi le logo de l'élection présidentielle russe de 2018 fait-il polémique?

Anton Novoderezhkin/TASS
Le logo officiel de l’élection présidentielle russe de 2018 a été dévoilé le 29 novembre, provoquant de nombreuses réactions sur la toile. Russia Beyond revient sur la polémique qui s’est alors emparée des réseaux sociaux.

La Commission сentrale des élections de Russie a dévoilé le « nouveau » logo de l'élection présidentielle qui se tiendront en mars prochain. L’image a été publiée le 29 novembre sur la page Facebook officielle de l’institution.

IMA-Consulting, la compagnie qui a remporté l’appel d’offre pour sa conception, a dit avoir étudié 77 variantes, et c’est celle-ci qui a été retenue. Vartan Sarkissov, le directeur général de la société, affirme que le design est « orienté vers l’État, fondamental, et conservateur sans être archaïque ».

Plusieurs questionnements ont néanmoins été formulés suite à sa présentation au public. Tout d’abord, il a coûté 37 millions de roubles (environ 530 000 euros). Une somme faramineuse, surtout lorsque l’on sait qu’une image presque identique a été trouvée sur le site Shutterstock (une banque en ligne d’images libres de droit).

En réponse à cela, les membres de la communauté en ligne parodique Design ont créé leurs propres logos destinés à d’autres élections.

« J’ai pondu les logos pour les élections dans six pays. J’attends mes plus de 222 millions de roubles (environ 3 millions d’euros) », a ainsi publié un utilisateur.

Cela a évidemment incité les internautes à réaliser des publications des plus sarcastiques, à coups de Paint et de montages douteux, voici les meilleures d’entre elles :

Élections du 18 mars
2018 Mars, Élections présidentielles de la Russie
Élections présidentielles de la Fédération de Russie, Devine du premier coup
2018 Mars, Élections présidentielles de la Russie
Élections mars 2018

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.