Attentats d'Istanbul : des ressortissants russes parmi les suspects

Un policier armé examine le lieu de l'attentat terroriste survenu à l'aéroport Atatürk d'Istanbul le 29 juin 2016.

Un policier armé examine le lieu de l'attentat terroriste survenu à l'aéroport Atatürk d'Istanbul le 29 juin 2016.

EPA
Un citoyen russe d’origine tchétchène est soupçonné d’avoir participé à l’organisation de l’attentat d’Istanbul. Un autre Russe, Tchétchène également, serait l’un des trois terroristes kamikazes.

Le 30 juin, le ministre turc des Affaires étrangères Efkan Ala a déclaré que la police turque était parvenue à identifier les terroristes responsables de l’attentat à l’aéroport Atatürk d’Istanbul. Fait notable, les trois terroristes kamikazes sont des citoyens étrangers originaires du Kirghizstan, d’Ouzbékistan et de Russie.

Qui est Osman Vadinov ?

Un terroriste kamikaze présumé s’appelle Osman Vadinov. C’est un Tchétchène originaire de la République russe du Daghestan. Le 25 mai, Osman Vadinov est arrivé en Turquie de la ville syrienne de Raqqa, « capitale » de l’organisation terroriste Daech. A Istanbul, il logeait dans le quartier Fatih, dans un appartement de location qu’il partageait avec les autres terroristes kamikazes. Il s’était déjà rendu en Turquie en 2015 afin de recruter de nouveaux membres pour Daech.

Cependant, les forces de l’ordre russes démentent l’affirmation qu'Osman Vadinov avait vécu en Tchétchénie. « Aucune personne se prénommant Osman Vadinov n’a jamais vécu en Tchétchénie. D’ailleurs, ce nom et ce prénom ne sont même pas tchétchènes », a déclaré une source proche des forces de l’ordre du District fédéral du Caucase du Nord à Interfax.

Qui est Akhmet Tchataïev ?

Osman Vadinov n’est pas le seul citoyen russe à être cité par la presse turque en lien avec la récente attaque à Istanbul. Le quotidien pro-gouvernemental turc Yeni Şafak, citant une source au sein des services spéciaux turcs, évoque un autre citoyen russe qui aurait participé à l’organisation de l’attentat. Il s’agit d’Akhmet Tchataïev, ancien membre de l’organisation « l’Emirat du Caucase ». En 2014, après la mort du leader de cette organisation interdite en Russie, Dokou Oumarov, il a rejoint Daech.

Le portail en ligne Caucasian Knotinforme que depuis 2003, Akhmet Tchataïev était recherché par les forces de l’ordre russes qui l’avaient qualifié de représentant européen de Dokou Oumarov. En 2012, Tchataïev a été arrêté par les militaires géorgiens lors d’une opération spéciale menée dans les gorges de Lopota, mais en janvier 2013, il a été acquitté par le tribunal de Tbilissi. Selon une information datant de 2014, Akhmet Tchataïev se trouvait en Turquie.

Combien de Russes combattent-ils dans les rangs de l’EI ?

Nous ne disposons pas de chiffres précis. En septembre 2015, le ministre de l’Intérieur Vladimir Kolokoltsev a cité le chiffre officiel de 1 800 personnes. Il s’agit principalement de musulmans russes du Caucase du Nord (Caucase russe, ndlr) et de la région de la Volga. La plupart des Russes qui partent en Syrie combattre aux côtés de Daech sont originaires du Daghestan.

En décembre 2015, le numéro un de la République russe du Daghestan Ramazan Abdoulatipov a déclaré que 643 ressortissants de la république combattaient dans les rangs de Daech. Pour lui, l’adhésion des habitants du Daghestan à cette organisation terroriste était le principal problème de la région.

En juin 2015, les combattants de l’Emirat du Caucase ont prêté allégeance au chef de Daech Abou Bakr al-Baghdadi et le nombre de citoyens russes dans les rangs de cette organisation terroriste a alors augmenté.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.