« Les forces spéciales russes opèrent en Syrie »

Moscou, salle Saint-Georges du Kremlin, 17 mars 2016. Le général de corps d’armée Alexandre Dvornikov, commandant du contingent russe en Syrie, prend la parole à la cérémonie de décoration d’officiers qui se sont distingués lors de l’opération en Syrie.

Moscou, salle Saint-Georges du Kremlin, 17 mars 2016. Le général de corps d’armée Alexandre Dvornikov, commandant du contingent russe en Syrie, prend la parole à la cérémonie de décoration d’officiers qui se sont distingués lors de l’opération en Syrie.

Aleksey Nikolskyi/RIA Novosti
Le général de corps d’armée Alexandre Dvornikov, commandant du contingent russe en Syrie, a donné sa première interview à l’issue de l’opération des forces armées russes dans ce pays. RBTH publie des extraits de cet entretien accordé à Rossiyskaya Gazeta.

L’objectif

Le contingent de troupes russes que je commande est arrivé en Syrie en septembre dernier avec pour objectif d’évaluer l’environnement opérationnel et l’état de l’armée syrienne.

L’environnementopérationnel

Les terroristes qui étaient plus de 60 000 occupaient environ 70% du territoire syrien. Les bandes armées s’étaient emparées des grandes villes comme Idlib, Palmyre et Raqqa.

Les troupes gouvernementales étaient épuisées par quatre ans de guerre et contenaient à grand mal l’offensive des terroristes. Les habitants fuyaient le pays en masse.  

sultats de l’opération des forces russes

Durant l’opération militaire, les troupes syriennes, soutenues par les frappes des forces aérospatiales de Russie, ont libéré 400 localités. Le territoire contrôlé par les extrémistes s’est réduit de 10 000 kilomètres carrés. Environ 2 000 terroristes originaires de Russie dont 17 chefs de file ont été éliminés en Syrie. 

Outre l’opération des troupes aérospatiales avec les forces gouvernementales et patriotiques au sol, l’armée russe a livré aux soldats syriens des armes et des matériels sophistiqués, notamment des systèmes d’artillerie et des équipements de transmission et de renseignement. 

Les forces armées syriennes disposent désormais d’une structure de conseillers militaires avec à sa tête une direction. Elles ont parfaitement réglé le problème de la formation des troupes gouvernementales et des groupes patriotiques kurdes et autres. 

La guerre contre les terroristes prend une ampleur nationale. Les Syriens ont compris que Daech et le Front al-Nosra pouvaient être vaincus. La société a vu naître des brigades et des bataillons de volontaires qui comptent aujourd’hui plusieurs milliers d’hommes. Les Syriens ont réussi à déloger eux-mêmes les bandits du Front al-Nosra de plusieurs localités dans les provinces centrales et méridionales du pays.

Lesforcesspéciales

Il y a également en Syrie des unités de nos Forces d’opérations spéciales qui précisent notamment les données du renseignement pour les frappes de l’aviation russe et guident les appareils vers des cibles situées dans des régions éloignées.

Toutefois, il ne faut pas oublier que différentes missions sont remplies également en Syrie par leurs « homologues » des Etats-Unis et d’autres pays de la coalition menée par ceux-ci.

QuiresteraenSyrie

On maintiendra en Syrie des forces indispensables afin de garantir le contrôle de la cessation des hostilités, ainsi que la sécurité de notre base aérienne à Hmeimim et du centre matériel et technique des forces navales russes à Tartous.

Leprocessusdepaix

Malgré certaines violations, la cessation des hostilités en Syrie est globalement respectée. La réconciliation est particulièrement visible dans les provinces de Hama et de Homs. 

Au moment de mon départ de Syrie, les modalités de la cessation des hostilités étaient acceptées par 43 groupes armés, tandis que l’accord sur la réconciliation était signé par les doyens de 51 localités. Et ce nombre va croissant.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.