Les quatre événements marquants du sommet du G20

Le 15 novembre 20105 : les participants du sommet G20 à Antalya.

Le 15 novembre 20105 : les participants du sommet G20 à Antalya.

AP
Antalya (Turquie) a accueilli un nouveau sommet du G20. RBTH propose un aperçu des quatre déclarations et évènements les plus intéressants de cette rencontre.

1. Aparté inattendu entre les présidents russe et américain

Le 15 novembre, les présidents Vladimir Poutine et Barack Obama ont eu, juste avant le début des réunions plénières, un entretien qui a duré environ une demi-heure. Le conseiller du chef de l’Etat russe, Youri Ouchakov, a déclaré que les deux hommes avaient évoqué la situation en Syrie et en Ukraine, mais que le premier dossier avait bénéficié d’une attention plus soutenue. A la question de savoir si les leaders russe et américain avaient réussi à rapprocher leurs positions sur la Syrie, Youri Ouchakov a fait remarquer avec diplomatie que les objectifs stratégiques de la Russie et des Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme étaient très proches, mais qu’il restait toujours des désaccords sur la tactique.

2. Fin de l’enquête sur le crash de l’Airbus A321

Le premier ministre italien Matteo Renzi (à gauche) et le président russe Vladimir Poutine. Crédit : EPA

Au cours d’une rencontre en marge du sommet, Vladimir Poutine a évoqué avec le premier ministre italien Matteo Renzi le déroulement de l’enquête sur l’accident de l’avion russe en Egypte. « Nous nous trouvons à l’étape finale de l’étude des documents », a-t-il souligné. Pour ce qui est de l’enquête, le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, a indiqué le 16 novembre qu’aucune des hypothèses du crash n’était encore écartée. Pour le moment, il n'y a pas de données concrètes sur les raisons du drame, a noté pour sa part le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Oleg Syromolotov.

3. Nouveau départ pour Turkish Stream

Le PDG de Gazprom Alexeï Miller (à droite) et le ministre russe des Finances Anton Silouanov. Crédit : AP

Le PDG du géant russe Gazprom, Alexeï Miller, a déclaré à Antalya que le projet de gazoduc Turkish Stream, qui doit livrer du gaz russe en Turquie par une conduite passant au fond de la mer Noire, pourrait être réalisé dans de brefs délais après la signature d’un accord intergouvernemental approprié. Dans le même temps, les médias ont écrit en juillet dernier que Gazprom gelait le projet suite à des désaccords avec la Turquie au sujet du prix du gaz russe. Ankara insiste sur une remise de 10%. Les autorités russes ont démenti qu’elles renonçaient au projet. Alexeï Miller a expliqué à Antalya que Turkish Stream pourrait être réalisé rapidement parce que son itinéraire coïncide à 70% avec celui de South Stream, dont le tracé a déjà été étudié. Le ministre russe de l’Energie, Alexandre Novak, a annoncé que le projet Turkish Stream avait été examiné en marge du sommet par les présidents russe et turc. Il a ajouté que l’élaboration de l’accord intergouvernemental serait poursuivie après la formation d’un nouveau gouvernement en Turquie, à l’issue d’élections législatives.

4. Association Ukraine-UE

La chancelière allemande Angela Merkel et le président russe Vladimir Poutine. Crédit : AFP/East News

Les négociations des leaders de Russie et d’Allemagne en marge du sommet du G20 ont donné lieu à un examen « assez circonstancié » de l’accord d’association entre l’Ukraine et l’UE, a annoncé Dmitri Peskov. « Malheureusement, nos contacts avec les Européens et les Ukrainiens ne débouchent pas sur les résultats espérés et les conséquences de l’entrée en vigueur de cet accord (d’association) restent toujours négatives. Les tentatives d’examiner ces problèmes ont jusqu’ici échoué », a-t-il constaté. Moscou a plus d’une fois indiqué que dans sa rédaction actuelle, l’accord d’association lésait les intérêts économiques de la Russie. Le 30 octobre, le premier ministre russe, Dmitri Medvedev, a déclaré qu’en réaction à l’entrée en vigueur de l’accord, la Russie renforcerait « la protection douanière et tarifaire vis-à-vis de l’Ukraine » à partir du 1er janvier 2016.

Outre les déclarations des participants au sommet, l’attention des médias couvrant la rencontre a été attirée par trois chats qui se sont retrouvés sur l’une des aires du sommet. Les caméras ont filmé la course de deux d’entre eux sur fond de drapeaux nationaux, le troisième ayant suivi leur exemple un peu plus tard.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.