Moscou compte promouvoir ses intérêts économiques à Brisbane

Crédit photo : Getty Images/Fotobank

Crédit photo : Getty Images/Fotobank

Les thèmes abordés au prochain sommet du G20 en Australie sont d’une grande importance pour la Russie : la coopération en matière du commerce et la croissance économique portée par les investissements dans l’infrastructure. La question ukrainienne n’est pas inscrite à l’ordre du jour, mais sera, sans doute, abordée dans les couloirs.

Depuis l’année dernière et le sommet du G20 présidé par la Russie, le monde a changé. En septembre 2013, quand les dirigeants des principales puissances mondiales se sont réunis à Saint-Pétersbourg, nul ne pouvait imaginer que l’une de ces puissances pourrait remettre en question la présence de la Russie dans le club des élus. Pourtant, c’est le cas.

Sur le même sujet :



La Russie mise sur le G20

L’Australie qui préside actuellement le Groupe des vingt et adopte une position intransigeante concernant l’Ukraine, a proposé d’exclure la Russie du sommet de cette année, mais n’a reçu aucun soutien. Moscou se fera, tout de même, remonter les bretelles par Canberra. Le premier ministre australien Tony Abbott a déclaré, début novembre, qu’il avait l’intention, au prochain sommet, « d’attaquer » le président Vladimir Poutine sur la question du crash du Boeing malaysien qui s’était produit l’été dernier à Donetsk. Le sujet a déjà été abordé lors d’un bref entretien entre les dirigeants russe et australien en marge du sommet de l’APEC.

Une source proche de la Commission européenne avait précédemment informé les journalistes que le thème ukrainien ne faisait pas partie de l’agenda officiel du prochain somment, mais, de toute évidence, on ne pourra éviter les discussions sur ce sujet. Le service de presse du président ukrainien Petro Porochenko a informé qu’au cours de ces pourparlers téléphoniques avec la chancelière allemande, Angela Merkel avait déclaré que la situation en Ukraine serait l’une des questions principales du sommet de Brisbane. En outre, la porte-parole du gouvernement allemand Christiane Wirtz n’a pas exclu l’éventuelle rencontre bilatérale entre Angela Merkel et le président russe au cours du sommet du G20. Le premier ministre britannique David Cameron a également affiché l’intention d’exprimer sa position ferme sur la question ukrainienne devant Vladimir Poutine.

L’agenda économique n’a pas disparu

« Pour la Russie, la présence au G20 est un moyen de dynamiser les relations commerciales et les échanges d’investissements avec d’autres pays. C’est également une possibilité de se rapprocher des pays d’Asie de l’Est. Au sommet, la Russie peut montrer sa vision de l’évolution du monde économique. Au cours du sommet de l’APEC, Vladimir Poutine a déclaré que la multiplication des accords régionaux engendrerait des contradictions, et l’intégrité des processus régionaux pourrait être compromise. Il défendra, sans doute, cette position lors de la rencontre des « vingt » et insistera sur les actions communes à l’échelle globale », a expliqué le directeur du département d’analyse de Deutsche Bank en Russie Iaroslav Lisovolik.

Une autre question inscrite à l’agenda est l’économie d’énergie et l’amélioration de la transparence sur les marchés énergétiques. Lisovolik estime que la contribution de la Russie dans cette question pourrait être considérable.

La transparence est également un objectif des pays du G20 dans le domaine fiscal. Au sommet de l’année dernière, les participants ont approuvé l’initiative portant sur la prévention de l’érosion de la base fiscale. La première partie du plan de lutte contre les paradis fiscaux via la modernisation des accords visant à éviter la double imposition et via l’échange de données sur les contribuables, présentée par l’OCDE dans le cadre de cette initiative, a déjà été approuvée par les ministres des Finances du Groupe des vingt au cours de leur rencontre à Cairns en septembre dernier. La lutte contre l’évasion fiscale et le plan correspondant devraient faire l’objet de discussions à Brisbane.

Pour la Russie, la lutte contre l’évasion fiscale est une question extrêmement sensible. Toutefois, les experts interrogés par Rossiyskaya gazeta et Kommersant estiment que la Russie doit d’abord réformer sa législation nationale qui, pour le moment, ne permet pas d’éradiquer ne serait-ce que les schémas offshore les plus simples d’évasion fiscale. Le ministère russe des Finances a élaboré un projet de loi assez ferme sur la « deoffshorization », déjà approuvé en première lecture par la Douma Russe, qui devrait prochainement être adopté définitivement et entrer en vigueur au 1er janvier 2015. Ainsi, les mesures proposées par l’OCDE pourraient être appliquées en Russie d’ici quelques années.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.