Parachutistes russes capturés en Ukraine : le Ministère de la Défense russe prépare un rapport d'explications

Crédit : Reuters

Crédit : Reuters

Les services de sécurité ukrainiens (le SBU) ont annoncé que l'armée ukrainienne avait arrêté dix parachutistes russes dans des zones frontalières avec la Russie. Le président russe, Vladimir Poutine, a affirmé lors de sa visite à Minsk qu'aucune information n'était disponible actuellement pour expliquer la présence de militaires russes dans cette région, et qu'il était en attente d'un rapport du ministère de la Défense russe.

Les parachutistes russes capturés par les services de sécurité ukrainiens ont franchi la frontière russo-ukrainienne « par accident », a affirmé à l'agence Interfax une source au sein du ministère de la Défense du pays. « Ces militaires patrouillaient le long de la frontière russo-ukrainienne et ont vraisemblablement franchi cette dernière par accident, dans un secteur démilitarisé et non démarqué. Pour autant que l'on sache, ils n'ont pas opposé de résistance aux forces ukrainiennes au moment de leur arrestation », a expliqué la source.

Mardi 26 août, lors d'un point presse tenu à l'issue le sommet régional de Minsk, le président Vladimir Poutine a dit aux journalistes qu'il n'avait pas encore reçu le rapport du ministère de la Défense concernant les parachutistes faits prisonniers en Ukraine. « Pour autant que je sache, ils patrouillaient le long de la frontière et ont pu se retrouver sur le territoire ukrainien », a annoncé Vladimir Poutine, ajoutant que des militaires ukrainiens s'étaient déjà rendus côté russe.

Le président  a souligné que « des militaires ukrainiens, et non pas de l'ordre de cinq à dix personnes, mais par dizaines » s'étaient retrouvés sur le territoire russe et que « la dernière fois quatre-cent-cinquante hommes » avaient traversé la frontière avec la Russie.  

La capture des prisonniers

Selon l'annonce du Service de sécurité d'Ukraine (SBU), les parachutistes russes avaient été envoyés à Rostov-sur-le-Don (sud de la Russie) il y a une semaine depuis leur lieu de garnison. Les prisonniers portaient des uniformes de camouflage russes sans insignes ; les signes de reconnaissance sur leur matériel étaient peints.

« A proximité du village de Zerkalni, dans le district Amvrosievski de l'oblast de Donetsk, un groupe opérationnel constitué de membres de l'armée ukrainienne et du SBU a fait prisonniers dix militaires appartenant au 331e régiment de la 98e division aéroportée des forces militaires de la Fédération de Russie (unité 71211). Les militaires russes ont été capturés avec leurs armes et leurs documents personnels », affirme un message publié sur le site du ministère ukrainien de la Défense.

Selon l'agence d'information ukrainienne UNIAN, le groupe des parachutistes comptait à l'origine près de quatre-cents personnes et comportait une division d'artillerie, des unités de génie et des sections de renseignement. Son équipement se composait de trente véhicules blindés de combat aérotransportables, de dix-huit pièces d'artillerie « Nona », et d'autres matériels.

Lors de leur interrogatoire, les parachutistes russes ont affirmé ne pas savoir qu'ils se trouvaient sur le sol ukrainien. Leurs supérieurs leur auraient annoncé le début d'exercices tactiques. Dans la nuit du 23 au 24 août, une petite unité aurait été mise en alerte et, comme l'affirment les militaires ukrainiens, aurait été envoyée en mode silence radio à travers la frontière en direction de la ville ukrainienne d'Ilovaïsk.

« Nous sommes passés par des champs, pas sur des routes, et je ne sais même pas où nous avons franchi la frontière », affirme dans une vidéo un homme qui se présente comme le caporal Ivan Melnikov du 331e régiment de la 98e division aéroportée de l'armée russe. Dans la vidéo de son interrogatoire, publiée sur Internet, le soldat affirme qu'il a compris qu'il se trouvait en Ukraine une fois que son groupe s'est fait bombarder.

En détention

« Comme l'ont révélé les images de l'interrogatoire, la présence des parachutistes est tout à fait compréhensible. Ils se sont égarés après une marche de plusieurs heures pour accompagner un convoi. Lorsqu'un convoi militaire se déplace, il y a toujours une avant-garde, qui le devance, et une protection latérale à côté. Apparemment, ces gars se trouvaient à côté du convoi et ont franchi la frontière pendant la nuit, après s'être perdus. La frontière n'étant pas du tout démarquée, sans aucun repère, il n'est pas surprenant qu'ils se soient retrouvés côté ukrainien », estime Viktor Litovkine, colonel à la retraite et expert militaire indépendant.

Publié sur YouTube par IS

Alexandre Konovalov, président de l'Institut des analyses stratégiques, affirme que la capture des parachutistes russes sur le territoire ukrainien constitue une aubaine pour Kiev et le pouvoir officiel, qui va pouvoir démontrer beaucoup plus facilement la participation de Moscou aux opérations militaires dans le sud-est du pays.

« On peut s'attendre à un durcissement des sanctions de la part de l'UE et des États-Unis. L’Ukraine va appuyer d'autant plus activement ses demandes d'aide militaire pour la former de nouvelles forces armées et l’approvisionnement de celles déjà existantes. Elle aura un peu plus d’arguments pour pousser l'Occident à le faire, même si j'estime que l'Ouest va s'en abstenir pour l'instant. »

L'expert a par ailleurs souligné que dans l'optique des futures négociations sur l'Union Douanière, « la situation reste à l'avantage de Poroshenko ».

 

Réagissez à cet article tweetant @rbth_fr #Ukraine


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.