Un avion de ligne malaisien s’est écrasé en Ukraine

L’épave de l’avion est éparpillée dans un rayon d’un kilomètre environ. Crédit : sources libres

L’épave de l’avion est éparpillée dans un rayon d’un kilomètre environ. Crédit : sources libres

Le Boeing 777 effectuait un vol entre Amsterdam et Kuala Lumpur avec 280 passagers et 15 membres d’équipage à son bord. Kiev a annoncé que tous les 295 passagers sont morts. Les insurgés ukrainiens nient toute implication dans ce drame.

L’avion de la compagnie aérienne Malaysia Airlines s’est écrasé à quelque 80 kilomètres de Donetsk, près du village de Snijné. Ukrayinska Pravda, citant ses propres sources, a annoncé que l’avion a perdu le contact lors qu'il volait à 10 000 mètres d'altitude à l’intérieur du corridor international. Malaysia Airlines a confirmé avoir perdu le contact avec l’appareil alors qu’il se trouvait sur le territoire ukrainien, à 50 km environ de la frontière avec la Russie. L’agence Reuters informe que l’avion s’est écarté de son itinéraire peu avant le crash. Les corps des victimes ont déjà été localisés près de Snijné, informe l'agence de presse officielle russe RIA Novosti. L’épave de l’avion est éparpillée dans un rayon d’un kilomètre environ.

L’armée ukrainienne et les insurgés des républiques populaires de Donbass ont nié toute implication dans le crash de l’avion. Sur son site officiel, le chef d’État ukrainien Petro Porochenko a déclaré que les forces de l’ordre ne sont pas impliquées dans ce drame. « Nous soulignons que les forces armées ukrainiennes n'ont pas effectué de tirs susceptibles d'atteindre des cibles dans les airs », annonce-t-il dans un communiqué. Le président a également annoncé la création d’une commission spéciale chargée d’enquêter sur le crash. Anton Gerachtchenko, vice-ministre de l’Intérieur ukrainien, a déclaré que l’avion avait été abattu par un missile air-sol Buk. D’après les informations de l’armée ukrainienne, les insurgés disposent d’un tel système de défense aérienne.  

Source : Youtube/Shtepsel TV

À son tour, dans un entretien avec Interfax, le représentant de la RPD Sergueï Kavtaradze a nié toute implication des insurgés dans ce drame. « L’avion a été abattu par l’Ukraine. Nous ne disposons tout simplement pas de tels systèmes, nos missiles ont une portée de 3 à 4 000 m, alors que les Boeing volent à une altitude bien plus élevée », a déclaré Kavtaradze à Interfax. Les insurgés se sont dit prêts à accueillir les experts internationaux pour l’enquête sur les causes de la catastrophe. « Le gouvernement de la RPD souhaite que les circonstances de ce drame puissent être établies et acceptera la présence des experts internationaux pour l’enquête sur toutes les circonstances de cet incident », a déclaré le Premier-ministre de la RPD Alexandre Borodaï à Interfax.

Le Premier ministre malaisien Najib Razak, sur son compte Twitter, s’est dit choqué par ce drame. « Je suis choqué par les informations sur le crash de l’avion. Nous ouvrons immédiatement une enquête », écrit-il. Le ministre de la Défense de la Malaisie ne confirme pas que l’avion ait été abattu. L’armée malaisienne est chargée d’enquêter sur les circonstances du drame.

Le président russe Vladimir Poutine s’est entretenu au téléphone avec son homologue américain Barack Obama. Le président russe a informé son homologue américain du crash de l’avion de ligne de Malaysia Airlines en Ukraine, annonce le site du Kremlin. Poutine a également adressé ses condoléances au Premier ministre malaisien Najib Razak. « Le chef d’État russe exprime ses sincères condoléances et son soutien aux familles et proches des victimes », annonce le communiqué.

L’ONU a qualifié le crash de l’avion de transport de passagers de tragédie, annonce ITAR-TASS. « Nous avons été informés du crash de l’avion à proximité de la frontière russo-ukrainienne. À l’heure actuelle, nous ne disposons pas d’informations détaillées à ce sujet. C’est une tragédie et nos pensées vont aux passagers, à l’équipage et à leurs familles », a déclaré Farhan Haq, porte-parole du Secrétaire général de l’ONU.

Le représentant permanent de la Russie auprès de l’ONU Vitali Tchourkine a également commenté le drame. « Je viens de l’apprendre. C’est terrible. Bien sûr, pour le moment, je ne sais rien sur cet incident », a-t-il dit à son retour de la réunion avec le Conseil de sécurité. Tchourkine a informé que les membres du Conseil n’ont pas parlé de cet incident. Par ailleurs, les diplomates n’excluent pas qu’une réunion du Conseil puisse être convoquée dès aujourd’hui.

Les compagnies aériennes russes Aeroflot et Transaero, l’allemande Lufthansa et la française Air France ont annoncé qu’elles ne survoleraient plus l’espace aérien ukrainien.

Les Etats-Unis vérifient la présence éventuelle de citoyens américains à bord de l’avion de ligne victime du crash, a déclaré Barack Obama. « C’est une terrible tragédie », a déclaré le président américain.

Deux citoyens belges pourraient se trouver à bord de l’avion. « Deux citoyens belges avaient réservé des billets pour ce vol. Nous vérifions actuellement s’ils se trouvaient à bord », a déclaré le ministère des Affaires étrangères belge à ITAR-TASS.

Le vol de l’avion de ligne malaisien se déroulait comme prévu, aucun problème n’avait été indiqué par l’équipage, a déclaré le directeur général par intérim de l’Agence nationale du trafic aérien Dmitri Babeitchouk. « L’appareil était surveillé par les contrôleurs du centre de contrôle régional de Dniepropetrovsk. Le vol se déroulait dans l’espace aérien ukrainien sans aucune irrégularité, aucun rapport de l’équipage n’avait été reçu. Et puis l’avion est disparu des écrans du poste radar », a déclaré Babeitchouk.

Le service européen de contrôle de l’espace aérien estime qu’il s’agit d’un accident, a déclaré le représentant de l’agence. « Nous enquêtons sur les circonstances du drame. Pour le moment, il n’y a aucune raison de fermer de l’espace aérien », a-t-il déclaré.

 

Réagissez à cet article tweetant @rbth_fr #MalaysiaAirlines #crash #Donetsk


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.