L'OTAN pourrait racheter les Mistral commandés par la Russie

La mise à l'eau de la poupe du premier porte-hélicoptères de classe Mistral destiné à la Marine russe à l'Usine de la Baltique de Saint-Pétersbourg. Crédit : Alexeï Danitchev/RIA Novosti

La mise à l'eau de la poupe du premier porte-hélicoptères de classe Mistral destiné à la Marine russe à l'Usine de la Baltique de Saint-Pétersbourg. Crédit : Alexeï Danitchev/RIA Novosti

Washington et ses partenaires européens appellent Paris à revoir sa collaboration militaire avec Moscou.

Les législateurs américains ont appelé l’OTAN à acheter ou à louer à la France les deux porte-hélicoptères Mistral que les chantiers navals français produisent pour la Russie, annonce Reuters. La lettre du Congrès adressée au secrétaire général de l’Alliance Anders Fogh Rasmussen souligne qu’une telle décision montrerait au président Vladimir Poutine que les alliés de l’OTAN ne toléreront pas ses « actes irresponsables ».

Le courrier a été rédigé par le sénateur démocrate de l’Etat de New York Eliot Engel, son collègue de parti William Keating de Massachusetts ainsi que le républicain Michael Turner, représentant de l’Ohio.

Washington et ses partenaires européens appellent Paris à revoir sa collaboration militaire avec Moscou en raison de la position russe dans la crise ukrainienne.

Ils soulignent que l’acquisition des porte-hélicoptères permettrait d’améliorer les capacités de l’OTAN sur fond de réduction drastique des dépenses de défense par de nombreux pays membres de l’alliance.

La France construit pour la Russie deux porte-hélicoptères d’assaut de classe Mistral. Le contrat a été signé le 17 juin 2011 dans le cadre du Forum économique international de Saint-Pétersbourg. Le montant de la transaction s’élève à un peu plus de 1,1 milliard d’euros. Le coût de la construction des deux porte-hélicoptères est de 980 millions d’euros, le reste du montant étant destiné à l’adaptation de la documentation technique.

Le premier des deux navires, Vladivostok, doit être livré à la Russie fin 2014. Le second, Sébastopol, quittera le chantier fin 2016. Il s'agissait pour Moscou du premier contrat d’achat d’équipements militaires à l’Occident depuis l’effondrement de l’URSS. Grâce à l’accord, environ un millier d'emplois ont été créés en France.

Au début du printemps dernier, en réponse à la décision du gouvernement russe de rattacher la Crimée, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a menacé de rompre le contrat sur la vente des Mistral. Le ministère russe de la Défense a averti qu’il réclamerait des indemnisations si la transaction était annulée.

En mai, Fabius a annoncé que la France poursuivait la réalisation du contrat de vente des Mistral à la Russie pour le moment. « Du point de vue juridique, nous n’avons aucune possibilité de nous soustraire à nos obligations », a expliqué le ministre français à Washington. Il a, par ailleurs, déclaré que la décision portant sur la livraison des porte-hélicoptères pourrait être revue en octobre 2014, lorsque le premier navire doit être livré à Moscou conformément aux termes du contrat.

Article original publié sur le site rbc.ru

 

Et vous qu'en pensez-vous ? Donnez-nous votre avis en tweetant @rbth_fr #mistral


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.