La presse russe du 22 mai sur les évènements en Ukraine

Crédit : Mikhaïl Voskressenski/ RIA Novosti

Crédit : Mikhaïl Voskressenski/ RIA Novosti

RBTH poursuit sa revue de la presse russe au sujet de la situation en Ukraine.

Kommersant

Le quotidien Kommersant parle du troisième tour de la table ronde d’unité nationale qui s’est déroulé à Nikolaïev. Le quotidien rappelle également à ses lecteurs qu’à moins d’une semaine des élections présidentielles, la Rada (parlement monocaméral ukrainien) a adopté un « Mémorandum de paix et de compréhension mutuelle ». Kommersant informe que « le principal résultat de la réforme constitutionnelle devra être le passage de l’Ukraine à un régime parlementaire et présidentiel ». Les experts du journal estiment que le mémorandum adopté par la Rada « est un pas important vers le rétablissement du dialogue entre Kiev et l’Est du pays, garantissant les conditions pour la décentralisation du pouvoir et l’établissement de relations équilibrées entre le centre et les régions ». Kommersant explique que le mémorandum devrait permettre d’établir une trêve qui pourrait conduire au désarmement du Sud-Est. Le quotidien cite le président russe Vladimir Poutine qui a qualifié de « positif » le processus de légitimation du pouvoir à Kiev. Toutefois, rappelle Kommersant, le chef de l'Etat a fait comprendre que « pour que Moscou puisse les reconnaître, les autorités ukrainiennes doivent remplir plusieurs conditions fondamentales : rétablir le dialogue avec les régions et mettre fin à l’opération militaire ». Toutefois, la question principale, selon le quotidien, demeure la prochaine élection présidentielle en Ukraine qui devrait être remportée par Piotr Porochenko, selon les estimations de Kommersant, mais aussi de nombreux autres médias.

kommersant.ru

Nezavissimaïa Gazeta

Nezavissimaïa Gazeta a publié un article intitulé Une semaine avant la guerre du gaz qui détaille les négociations entre l’Union européenne, Kiev et Moscou prévues au lendemain des élections présidentielles ukrainiennes. Nezavissimaïa Gazeta estime que la rencontre du 26 mai à Berlin pourrait constituer la dernière chance de trouver un compromis sur la question. Le quotidien rappelle à ses lecteurs que le conflit prend racine dans les traditionnelles questions de la dette et des prix du gaz. La partie russe, écrit Nezavissimaïa Gazeta, a annulé toutes les réductions sous prétexte que les accords de Kharkov ne sont plus en vigueur depuis le rattachement de la Crimée à la Russie, tandis que les accords conclus par Ianoukovitch et Poutine ne sont simplement pas respectés par la partie ukrainienne. Naftogaz s’est vu proposer l’achat du gaz au prix du marché, proposition que Kiev juge parfaitement injustifiée. Le quotidien souligne que si aucun accord n’est trouvé, Naftogaz et Gazprom s’affronteront devant la cour d’arbitrage de Stockholm. « Cela signifie que la stabilité des livraisons du gaz en Ukraine et dans les pays de l’Union européenne durant l'hiver 2014/15 pourrait être menacée », conclut Nezavissimaïa Gazeta.

ng.ru

RBC Daily

Le quotidien RBC Daily explique que les lois sur le territoire des républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk sont dictées par des groupes armés rivaux sans commandement unifié. Dans ces conditions, le nombre de règlements de comptes extrajudiciaires et de prises d’otages a crû considérablement. Le quotidien écrit que les observateurs internationaux ont déjà compté 112 cas de détention illégale de personnes dans les régions de Donetsk et de Lougansk. RBC Daily rapporte notamment que la mort d’au moins quatre activistes favorables à l’unité ukrainienne est déjà confirmée.

Toutefois, estime le quotidien, la plupart des personnes interpellées par le nouveau pouvoir du Donbass s’en sortent avec quelques jours de détention dans les bâtiments contrôlés par les milices et, dans le pire des cas, avec des blessures physiques. C’est notamment le cas de plusieurs militants des syndicats de mineurs ayant soutenu les autorités de Kiev.

Cela concerne également les journalistes, en premier lieu ukrainiens et occidentaux, explique RBC Daily. Selon le quotidien, dans les régions de Donetsk et de Lougansk, ces derniers sont soupçonnés, au mieux, d'une présentation biaisée de l’information et, au pire, d’espionnage et de collaboration avec les services secrets ukrainiens et les unités armées volontaires pro-Kiev. En avril seulement, 20 journalistes ont été kidnappés, écrit le quotidien citant la directrice exécutive de l’Institut de l’information ukrainien Oksana Romaniouk.

rbcdaily.ru

 

Et vous qu'en pensez-vous ? Donnez-nous votre avis en tweetant @rbth_fr #Ukraine


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.