Snowden demande l'asile politique à la Russie

Edward Snowden a rencontré des défenseurs des droits de l'homme russes à l'aéroport de Cheremetievo. Crédit : AFP / East News

Edward Snowden a rencontré des défenseurs des droits de l'homme russes à l'aéroport de Cheremetievo. Crédit : AFP / East News

Le futur de Snowden est une épineuse question de politique internationale qui pourrait bien compliquer plus encore les relations déjà difficiles entre la Russie et les Etats-Unis.

Les défenseurs des droits de l'homme russes ont été les premiers à confirmer qu'Edward Snowden se trouve bien à l'aéroport moscovite de Cheremetievo trois semaines après que Snowden se serait rendu à Moscou de Hong Kong ; il est depuis bloqué dans la zone de transit de Cheremetievo.

Vendredi midi, le 12 juin, Snowden a lancé un appel exprimant son souhait de rencontrer les défenseurs des droits de l'homme russes à 17h00 le même jour afin de faire une brève déclaration.

Dans cette déclaration, il demande leur soutien pour sa demande d'asile politique en Russie.

Les défenseurs des droits de l'homme ont rencontré Snowden derrière les portes fermées d'un bureau du Terminal E de l'aéroport de Cheremetievo vers 17h00. La rencontre a duré 40 minutes environ. Selon les défenseurs des droits de l'homme, Snowden a parlé avec beaucoup d'assurance.

« Il a commencé ainsi : « Mesdames et messieurs, vous voyez devant vous un homme qui récemment lisait vos billets. Afin d'y mettre fin, j'ai pris cette décision », - a déclaré Anatoli Kutcherena, membre de la Chambre publique russe, lors d'un court briefing devant les portes du bureau du Terminal E en présence d’une centaine de journalistes.

Selon Kutcherena, Snowden a organisé cette réunion non seulement pour demander l'aide des défenseurs des droits de l'homme russes pour sa demande d'asile politique, mais pour que ces derniers soutiennent la lettre qu'il prévoit d'adresser à Obama au sujet de la violation de la Déclaration universelle des droits de l'homme.

Selon Guenri Reznik, chef de la Chambre des avocats de Moscou, également présent à la réunion, Snowden comprend la condition posée par le président russe - pour obtenir l'asile politique il doit cesser de nuire aux Etats-Unis. « Il a dit qu'il a fait tout ce qu'il voulait faire et qu'il n'a pas l'intention de nuire aux Etats-Unis », - a dit Reznik.

Reznik a ajouté que Snowden comprend que l'octroi de l'asile politique par Moscou rendra les relations entre la Russie et les Etats-Unis plus tendues.

 

« Snowden a montré sa lucidité et sa compréhension de la situation, - a déclaré Reznik. –Il est peu probable que les Etats-Unis lui permettent de se rendre dans un autre pays ».

Reznik estime que la demande de Snowden doit être acceptée : « L'article 63 de la Constitution, ainsi que les normes des nations de droit, civilisées, prévoient l'octroi de l'asile politique à toute personne persécutée politiquement par le pays dont il est le citoyen ».

Selon Reznik, Snowden a déclaré que la poursuite de l'exécution des normes professionnelles équivaudrait, à ses yeux, une violation de la Constitution américaine. « Nos opinions divergent sur les exigences de la loi, sur certaines décisions secrètes des cours de justice, ce sont des divergences idéologiques, c'est le droit à l'opinion politique ; mais le délit qui existe et qui est fixé par le gouvernement des Etats-Unis, est idéologique », - a dit Reznik.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.