Cinq lieux de Moscou connus pour leurs histoires épiques d'amour, d’excentricité ou d’art

Le Slavianski Bazar sur la rue Nikolskaïa

Le Slavianski Bazar sur la rue Nikolskaïa

Photographie d'archives
Russia Beyond a sélectionné cinq lieux qui ont été les témoins de moments excentriques, pionniers et captivants de la riche histoire de Moscou. Parmi les héros de ces anecdotes figurent le fils d'un industriel et magnat des mines du XVIIIe siècle, un marchand de thé, le premier tsar Romanov, Stanislavski et Pasternak.

Suivez Russia Beyond sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Statues vivantes au domaine de Demidov

Domaine de Demidov

Prokofi Demidov, fils d'un riche industriel et magnat des mines de l'Oural, était un célèbre excentrique dans la Russie du XVIIIe siècle. Passionné de plantes, il possédait de nombreuses herbes et fleurs exotiques dans son domaine, qui fait aujourd'hui partie du jardin Neskouchny, le plus ancien parc de la capitale. Au centre de sa propriété, il a aménagé un parterre de fleurs avec des statues classiques.

Les jardiniers moscovites, qui étaient principalement des femmes à l'époque, ont été intrigués par ces plantes inhabituelles et ont commencé à les déterrer. Pour mettre fin à cette situation, Demidov a trouvé une solution originale. Il a remplacé les statues par de vrais hommes nus, couverts de farine. Lorsque les femmes venaient pendant la nuit pour prendre les plantes, les statues s'animaient soudainement, effrayant les voleuses. On dit que personne n'a volé de fleurs dans le parc depuis lors.

La naissance du théâtre russe moderne au Slavianski Bazar

Rue Nikolskaïa, à l'emplacement où se trouvait le Slavianski Bazar

Lieu emblématique de l'histoire du théâtre russe, le restaurant Slavianski Bazar était situé à seulement 500 mètres du Kremlin, rue Nikolskaïa. C'est là que deux légendes de la scène, Constantin Stanislavski et Vladimir Nemirovitch-Dantchenko, ont pris leur célèbre petit-déjeuner au cours de l'été 1897. La rencontre a duré 18 heures, et après avoir passé du temps au restaurant, ils ont terminé leur conversation dans la datcha de Stanislavski.

Ils ont discuté des principes qui sont devenus le fondement d'un nouveau théâtre, le MKhAT, qu'ils ont inauguré l'année suivante. Cet établissement devait être un théâtre du peuple et être radicalement différent des autres.

Carte postale prérévolutionnaire montrant le Slavianski Bazar

« La conférence mondiale des nations ne discute pas des grandes questions d'État avec la précision avec laquelle nous avons discuté des caractéristiques de notre futur projet », se souviendra plus tard Stanislavski à propos de cette réunion décisive. Malheureusement, le restaurant n'a pas survécu, et a été fermé au début des années 1990.

Lire aussi : Ces lieux énigmatiques de Moscou aux origines insoupçonnées

Romance au Kremlin

Le tsar choisissant une fiancée, par Ilia Répine

Le premier souverain Romanov, Michel Ier, est monté sur le trône en 1613, mais il est resté longtemps célibataire. Il a enfin trouvé une épouse en 1624, mais celle-ci a rendu son dernier souffle quelques mois plus tard. Afin de trouver une nouvelle femme pour le tsar, un concours de mariage a été organisé. Des dizaines de ravissantes demoiselles de tout le pays se sont rassemblées à la cour du Kremlin. Selon la légende, Michel n'a toutefois apprécié aucune d'entre elles car toutes les prétendantes étaient trop maquillées.

Michel a donc décidé de faire un autre essai, mais cette fois-ci secrètement, de nuit. Après le coucher du Soleil, le tsar a alors rencontré les jeunes femmes et a été étonné par une beauté. Elle n'était cependant pas une prétendante, mais simplement une amie de l'une d'elles. Son père, néanmoins, appartenait à la haute bourgeoisie provinciale pauvre, et la famille du tsar n'était pas satisfaite de cela. Pourtant, Michel est resté inflexible et a décidé de l'épouser. Ainsi, Eudoxie Strechnieva a été sa tsarine pendant près de 20 ans.

Vin et amour sur la rue Petrovka

L'ancien magasin de Deprez

Le magasin de vin Camille Deprez de la rue Petrovka, dans le centre de Moscou, était célèbre au XIXe siècle et était mentionné dans le livre d'Alexandre Herzen, Passé et Pensées.

« Le vin, bien sûr, était acheté à Petrovka chez Deprez », y a écrit le célèbre révolutionnaire russe. Anton Tchekhov était lui aussi un grand fan de Deprez, et il a mentionné la liqueur bénédictine de Deprez dans l'un de ses ouvrages. Deprez fournissait également le vin pour la cour du tsar.

Ce commerce prospère a commencé par une histoire d'amour. Camille Deprez, un officier de l'armée de Napoléon, a été blessé à Borodino, et il est tombé amoureux d'une infirmière qui s'est occupée de lui. Lorsque sa santé s'est améliorée, il l'a demandée en mariage et ils se sont unis. L'emplacement sur la rue Petrovka appartenait à la famille de sa nouvelle épouse, et c'est là qu'il a ouvert le premier magasin de sa nouvelle société viticole.

Amour chez un vendeur de thé

Ancienne maison de David Vyssotski

Le marchand de thé David Vyssotski, ou plutôt sa fille, Ida, a joué un rôle important dans la vie du poète et écrivain Boris Pasternak. Dans sa jeunesse, ce dernier était amoureux de celle-ci et venait souvent dans leur maison de la rue Ogorodnia Sloboda. Au début, il y venait avec son père, qui était peintre, et qui a ensuite commencé à donner des leçons à Ida. Comme Pasternak en a témoigné, il ne savait pas ou ne se souciait pas beaucoup du genre de leçons qu'il s'agissait.

Trois ans plus tard, il l’a demandée en mariage à Marbourg, en Allemagne, mais Ida l’a rejeté. Pasternak était profondément blessé et, tout en essayant de surmonter son cœur brisé, il a commencé à écrire de plus en plus de poèmes. On pense que ces événements ont considérablement augmenté la productivité de Pasternak en tant que poète.

Dans cet autre article, nous vous partagions trois histoires d’épouvante sur Saint-Pétersbourg qu'un guide ne vous racontera jamais.

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d'interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies