L’Académie des Beaux-Arts de Russie, invitée d'honneur au Grand Palais

Cette année, à l'exposition Art Capital, se déroulant actuellement au Grand Palais, les artistes russes tiennent une place toute particulière. Dans un espace leur étant entièrement consacré, sont exposées des peintures, œuvres graphiques et autres sculptures des membres de l'Académie russe des Beaux-Arts. C'est le Salon des Artistes Français, qui entretient une relation de longue date avec la scène artistique russe, qui a invité l’Académie des Beaux-arts de Russie cette année à Paris.

On retrouve parmi eux quelques-uns des maîtres de l'art contemporain russe, tels que Zourab Tsereteli, qui, il y a quelques jours, a été élu pour la troisième fois président de l'Académie russe des Beaux-Arts. Les Moscovites sont habitués à voir ses réalisations, comme la statue de Pierre le Grand près de la cathédrale du Christ Sauveur. En France aussi on peut admirer plusieurs de ses créations - en octobre 2014, une statue de saint Jean-Paul II, fut notamment inaugurée à Paris, dans le square Jean XXIII.

Autre sculpteur présent à cette exposition, Andreï Kovaltchouk s'apprête à inaugurer un monument à Ivan Bounine dans la ville de Grasse, le 3 juin 2017.

En visitant cette exposition il nous est par ailleurs donné de contempler les travaux d'Anatoly Lioubavine, Alexandre Teslik, Viktor Glukhov, Alexandre Tsigal, Valery Evdokimov, Oleg Voukolov, Serguei Chmarinov et Andrey Tyrtyshnikov.

En écho à cet événement, l'Académie des Beaux-Arts de Moscou accueillera en juin prochain une exposition d’œuvres intitulée Salon des artistes français. Cet échange culturel s'effectue avec le soutien du représentant de l'Agence Rossotroudnitchestvo en France et de l'association « Stella Art International ».

L'exposition est ouverte du 15 au 19 février 2017.

Lire aussi :

Andreï Kovaltchouk : « Graver dans le bronze ma perception de l’univers »

Penza, petite bourgade russe convertie en pôle international de création

 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer