La rencontre Poutine-Erdogan fixée au 9 août.

AP
Le président turc Recep Tayyip Erdogan se rendra à Saint-Pétersbourg le 9 août pour y rencontrer son homologue russe Vladimir Poutine.

Mehmet Simsek, vice-premier ministre turc, a confirmé durant une rencontre avec son homologue russe Arkady Dvorkovich que le président turc Recep Tayyip Erdogan se rendrait le 9 août à Saint-Pétersbourg pour rencontrer Vladimir Poutine. L’objectif de ces contacts russo-turcs est, selon M. Simsek, « d’accélérer la normalisation de la situation et de nos relations ».

D'après Arkady Dvorkovich, la rencontre des vice-premiers ministres était l’une des étapes de la préparation à la visite du président turc. La visite du 9 août sera la première rencontre entre les deux dirigeants depuis le rétablissement des relations, qui avaient été gelées le 24 novembre 2015 suite à la destruction par la chasse turque d'un Su-24 russe dans le ciel syrien. De nombreux contacts au niveau ministériel sont également prévus.

« Redémarrage » de l’amitié

« Des excuses [pour l’avion russe abattu le 24 novembre 2015] ont été formulées [le 27 juin 2016] et ceci a rendu possible un rétablissement progressif de nos relations », a déclaré M. Dvorkovich.

Le rétablissement des relations entre la Russie et la Turquie a en effet pris forme au cours des dernières semaines. Le 22 juillet, le premier ministre Dmitri Medvedev a signé l’ordre de rétablir la Commission russo-turque de coopération économique. Le 25 juillet, le ministère russe des Transports a soumis au gouvernement des documents portant sur le rétablissement des vols charters vers la Turquie (qui ont été ensuite annulés pour des questions de sécurité après le coup d’Etat).

Lors de sa rencontre avec M. Dvorkovich, Mehmet Simsek a souligné que les relations entre les peuples russes et turcs étaient restées chaleureuses, même durant la période de tension, et a fait remarquer que l’objectif des nouveaux contacts russo-turcs était de ramener les relations bilatérales à leur niveau de novembre 2015 et « plus haut encore ».

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.