Un hélicoptère abattu en Syrie, les deux pilotes russes tués

Les extrémistes ont abattu un hélicoptère militaire avec un équipage russe pendant leur offensive près de Palmyre, dans la province syrienne de Homs.

Les terroristes de Daech (organisation extrémiste interdite en Russie, ndlr) ont abattu le 8 juillet un hélicoptère Mi-25 des forces aériennes syriennes. A bord de l'appareil se trouvaient deux pilotes russes, Riafagat Khabibouline et Evgueni Dolguine, engagés dans une mission de reconnaissance dans la province de Homs, a annoncé à l’agence russe Interfax une source au sein du ministère russe de la Défense.

La veille, les extrémistes avaient lancé une offensive à la périphérie de Palmyre et réussi à percer les rangs de l’armée syrienne. La vie des habitants qui venaient de rentrer dans la ville étant en danger, les militaires russes ont décidé de prendre part au combat.

« Le commandement syrien a formulé à l’équipage une demande d’aide dans le combat. Le commandant de bord, Riafagat Khabibouline, a décidé d’attaquer les terroristes. Grâce à l’opération des deux pilotes russes, l’offensive des extrémistes a été torpillée », indique Interfax en citant son interlocuteur du ministère de la Défense.

L’hélicoptère a été pris sous le feu des terroristes après que le commandant eut décidé de se retirer du terrain en raison de l’absence de munitions. Les pilotes sont morts.

Toujours d’après le ministère russe de la Défense, les deux hommes seront décorés à titre posthume.

Avec ces nouvelles victimes, la campagne syrienne a fait en tout 13 morts parmi les soldats et officiers russes. 

Le Mi-25 est une version du Mi-24D destinée à l’exportation et fabriquée depuis 1970. L’hélicoptère est conçu pour détruire des matériels ennemis lors d’offensives des troupes terrestres et des forces spéciales, pour déposer des troupes aéroportées et pour évacuer les blessés.

Lire aussi :

Libérée, Palmyre panse ses plaies et regarde vers l’avenir

Les militaires russes ont déminé la cité historique de Palmyre

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.