Les militaires russes ont déminé la cité historique de Palmyre

Un sapeur russe cherche des mines dans la ville de Palmyre.

Un sapeur russe cherche des mines dans la ville de Palmyre.

Konstantin Leyfer / TASS
Le déminage des quartiers résidentiels est en cours

La partie architecturale et historique de la ville syrienne de Palmyre a été complètement déminée, a annoncé le 21 avril Iouri Stavitski, commandant des troupes du génie militaire de l’armée russe. Les démineurs russes et étrangers ont retiré toutes les mines de ce monument du patrimoine mondial de l’UNESCO.

« Un important travail de neutralisation des mines et autres engins explosifs a été mené dans la partie historique, mais il reste encore beaucoup à faire en matière de déminage des infrastructures et de la partie résidentielle de la ville », indique le président russe Vladimir Poutine, cité par l’agence de presse TASS.

Actuellement, les troupes du génie militaire ont commencé à déminer les quartiers résidentiels de la ville, ainsi que de l’aéroport, situé dans sa périphérie. L’armée doit encore déminer 180 hectares de terrains.

À Palmyre, les sapeurs russes utilisent des équipements dernier cri de fabrication russe – complexes robotisés de déminage Uran-6, véhicules blindés avec suppresseurs de fusibles radiocommandés, ainsi que des engins explosifs radio-pilotés.

Fin mars 2016, l’armée syrienne, avec le soutien des forces armées russes, a libéré Palmyre des combattants de l’organisation terroriste Daech. Le lendemain, le président russe Vladimir Poutine a chargé les troupes du génie militaire russes d’assister les spécialistes internationaux dans le déminage de Palmyre, ville qualifiée de « Perle de l’Orient ».

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.