Moscou : fermeture d’un centre d’aide aux enfants réfugiés

Des enfants de réfugiés.

Des enfants de réfugiés.

Service de presse

Le Centre d’éducation et d’adaptation, une ONG venant depuis bientôt 20 ans en aide aux enfants de réfugiés et de déplacés de différentes origines et nationalités, a été expulsé jeudi de ses locaux.

« Les employés du Département de propriété de la ville sont venus. Ils ont forcé la serrure du centre, scellé la porte et installé un système d’alarme anti-intrusion », lit-on sur la page Facebook de l’organisation.

En outre, un panneau interdisant « toute entrée non sanctionnée » a été accroché à la porte d’entrée.

Pourtant, ni la direction du centre ni les volontaires ne sont prêts à cèder : « Les enfants nous appellent pour demander ce qu’ils vont devenir maintenant. Nous les calmons : rien n’est fini, on ne les abandonnera pas. Nous allons chercher une nouvelle maison et poursuivre notre travail », dit Olga Nikolaenko, directrice du Centre.

Ouvert en 1996 auprès du Comité d’assistance civile - la première association caritative pour les réfugiés en Russie - le centre occupait un sous-sol de la rue Novoslobodskaïa, au centre de Moscou, et n'a pas d'équivalent dans la capitale russe. Actuellement, 70 enfants des pays de la CEI, mais aussi de Syrie, d’Afghanistan et du Congo comptent parmi ses élèves. 

En avril 2015, les autorités municipales ont pris la décision de déloger le centre : le contrat de location a été annulé. Svetlana Gannouchkina, présidente du Comité, estime que cette mesure fait suite à la décision du ministère russe de la Justice de placer le Centre d’adaptation sur la liste des « agents de l’étranger ».

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.