Réfugiés ukrainiens : les centres d’hébergement ferment leurs portes

Des réfugiés ukrainiens dans une centre d'accueil de Novossibirsk.

Des réfugiés ukrainiens dans une centre d'accueil de Novossibirsk.

Alexandr Kryazhev/RIA Novosti

Légaliser leur statut en Russie ou partir – les Ukrainiens hébergés dans les centres d’accueil doivent désormais faire un choix. Le nombre de centres provisoires d’hébergement a été divisé par deux en un an : si le pays comptait 576 centres d’accueil destinés aux réfugiés ukrainiens en février 2015, à ce jour ils ne sont que 252, d’après les données du ministère russe des Situations d’urgence.

Dans la région de Rostov (qui a connu le plus important afflux de réfugiés avec près de 60 000 personnes à l'été 2014, ndlr), il ne reste qu'un seul centre. Aujourd’hui, il accueille environ 700 personnes. D’après le directeur de l’établissement, Vladimir Latychev, il s’agit principalement de familles avec des enfants. « Ils vont rester jusqu’à la fin du printemps. Tant que l’année scolaire n’est pas finie », a-t-il indiqué.

Conformément à un arrêté gouvernemental, à partir du 1er janvier 2016 seules deux catégories de réfugiés ont le droit de résider dans les centres provisoires. La première est constituée par les retraités, les mineurs et les personnes handicapées seules, la seconde regroupe les familles ayant un seul parent apte au travail et au moins un enfant de moins de 3 ans.

En novembre dernier, le Service fédéral des migrations (FMS) a toutefois annoncé qu’il était prévu de conserver une partie des centres jusqu’au 31 décembre 2016 et que le projet de décret ad hoc était en cours d’élaboration. Répondant à la requête du journal Kommersant, le Service a indiqué en janvier 2016 qu’il travaillait sur l’octroi aux « sujets de la Fédération de Russie de fonds destinés à améliorer la situation des réfugiés ukrainiens et des personnes sans citoyenneté ayant fui la guerre et installés dans les centres provisoires d’hébergement ».

Les foyers d’accueil consultés par le journal Kommersant indiquent qu’aucune disposition autre que celle concernant leur fermeture ne leur était parvenue pour l’instant.

Depuis 2014, près d'un million de citoyens ukrainiens ont traversé la frontière avec la Russie. Plus de 415.000 d'entre eux ont fait une demande d'asile provisoire, 260.000 autres ont sollicité l'autorisation de résidence provisoire. En outre, 152.000 personnes ont pris part au programme de retour volontaire (des Russes s’étant retrouvés hors du territoire russe après la chute de l'URSS, ndlr), selon les données fournies par le chef adjoint du FMS, Vadim Yakovenko.

Source : Kommersant

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.