Trois ans ferme pour violation de la loi russe sur les manifestations

Le 7 décembre 2015, le militant d’opposition Ildar Dadine a été condamné à trois ans de colonie pénitentiaire à Moscou. Dadine a été reconnu coupable de multiples violations des dispositions relatives à l’organisation des manifestations. Il est le premier activiste russe à être condamné en vertu du nouvel article du Code pénal sur la violation des règles de tenue d’une manifestation.

Par ailleurs, la juge a prononcé une peine plus sévère que celle requise par le procureur (deux ans de détention). Dadine a refusé de plaider coupable et sa défense a l’intention de faire appel.

Ildar Dadine à organisé plusieurs manifestations de soutien à l’Ukraine non autorisées par les autorités moscovites (le 6 et le 23 août, le 13 septembre et le 5 décembre 2014, etc.) au cours desquelles, en compagnie d’autres manifestants, il a bloqué les rues, perturbé le trafic et allumé des fumigènes.

Le 15 janvier 2015, Ildar Dadine et une centaine d’autres militants ont participé à un piquet place du Manège pour exiger l’annulation de la condamnation de l’opposant Alexeï Navalny dans l’affaire Yves Rocher. Ce piquet lui a valu 15 jours de détention pour refus d’obtempérer aux injonctions des forces de l’ordre.

L’organisation internationale Amnesty International a déjà appelé le gouvernement russe à libérer Dadine.

L’article « Violations répétées des règles d’organisation ou de tenue de réunions, rassemblements, manifestations, marches ou piquets » a été inscrit dans le Code pénal en été 2014. Cette violation est passible de cinq ans d’emprisonnement maximum. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.