Le cosmonaute Gennady Padalka "atterrit" sur une planète virtuelle

Le cosmonaute Guennady Padalka avant l'expérience.

Le cosmonaute Guennady Padalka avant l'expérience.

Service de presse de l'Agence spatiale russe
Gennady Padalka, cosmonaute russe revenu samedi dernier de sa cinquième expédition à bord de l’ISS, a participé à l’expérience « Sozvezdiye-5 » (Constallation-5 en français). Le but de la simulation en question est d’examiner les capacités physiques des cosmonautes lors de missions vers l’espace lointain et lors des travaux sur la surface de Mars et de la Lune.

Détenteur du record mondial de temps passé en orbite (878 jours), le cosmonaute russe Guennady Padalka a participé à une simulation d’atterrissage sur une autre planète depuis l'orbite. L'expérience en question s'inscrit dans le cadre d'une étude « Sozvezdiye-5 », entamée en 2013. Revenu sur Terre le 12 septembre, le cosmonaute a pris part à l'expérience trois jours après son retour. 

« L'étude est orientée sur l'examen de l'état des cosmonautes après une longue période de voyage en apesanteur ainsi que de leur aptitude de travail, a annoncé à RBTH le porte-parole de l'Institut des problèmes médico-biologiques de l'Académie de sciences de Russie, Oleg Volochine. Aujourd'hui, les cosmonautes retournent sur Terre à bord de capsules, après quoi ils ne peuvent rien faire de façon autonome. On les extrait de leur capsule, on les examine et on les transporte dans le module médical. Si nous envisageons d'atterrir sur une autre planète, les cosmonautes ne bénéficieront pas de ces mêmes conditions. Pour ces raisons, il est essentiel de comprendre si le cosmonaute est apte à mener une activité tout de suite après l'atterrissage  »

Selon le service de presse du Centre de préparation des cosmonautes, la simulation a été menée sur la base de la centrifugeuse TsF-7. L’expérience a montré qu’un séjour prolongé en apesanteur n’a pas affecté le style de guidage de l’appareil de Guennady Padalka. 

Au total, huit cosmonautes russes ont pris part à l’expérience scientifique organisée par l'Institut des problèmes médico-biologiques et le Centre de préparation des cosmonautes et comprenant deux étapes : simulation à bord d’un centrifuge, et travail sur la surface d’une planète. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer