SuperJet-100 : la France suspend les livraisons de pièces détachées

La France a tout à gagner si la Russie rencontre des problèmes avec son industrie aéronautique, estime un expert.

Le groupe Soukhoï Civil Aircraft Company, qui fabrique l’avion Sukhoï SuperJet-100, a signalé un risque de suspension des livraisons de pièces détachées étrangères. Il s’agit notamment du groupe français Thales Avionics SAS, qui n’a pas expédié ses processeurs pour le système de pilotage de décembre 2014 à juillet 2015.

Il sera difficile de lancer la production des pièces détachées achetées auparavant en France, estime Andreï Krasnoperov, pilote d’essai et commandant des Forces aériennes russes, cité par NSN : « Comme vous le savez, dans un avion, il faut tout calculer : la position, l’espace et le poids. Donc nous pourrions rencontrer des difficultés dans l’assemblage de cet avion ».

La France sera ravie si la Russie rencontre des problèmes dans son industrie aéronautique, estime Krasnoperov : « Ces sanctions françaises, c’est la même histoire que pour les porte-hélicoptères Mistral ».

Il sera possible de remplacer les pièces détachées importées par des équivalents russes, mais cela prendra du temps, souligne Krasnoperov : « En fait, ce n’est pas plus mal. Si les sanctions nous permettent de relever notre industrie, alors les avions peuvent attendre un peu. Mais ensuite, nous aurons notre propre production indépendante ».

Source : vpk.ru

 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.