Les Russes satisfaits de leur vie, mais se préparent au pire

81% des Russes estiment que la situation qui règne dans leur pays est positive, selon un récent sondage

Selon le Centre russe d'étude de l'opinion publique (VTsIOM), 81% des Russes estiment que la situation qui règne dans leur pays est positive. 88% sont satisfaits de leur vie personnelle. Cependant, 40% pensent que la Russie va à l’avenir traverser des temps difficiles.

L'indice d'évaluation de la situation dans le pays était de 66 points en juillet (le maximum est de 100 points). Depuis juin, il a diminué de 6 points et il approche actuellement des chiffres de janvier (64 points). Actuellement, 65% des sondés estiment que « tout est normal » dans le pays, 15% que « tout va bien », et 1% que « tout va très bien ». Les Russes âgés de 35 à 44 ans sont les plus optimistes  (60% parlent d'un environnement favorable). Pour 12% des personnes interrogées, « tout va mal » dans le pays et 3% disent que « tout est désastreux ». Les plus pessimistes sont les Russes âgés de 45 à 59 ans : 45% d'entre eux ont une opinion négative concernant la situation. 

Plus de la moitié des Russes (55%) affirment qu'« il n'y a pas de stabilité dans le pays », selon un sondage effectué en juillet par la Fondation Opinion publique. 68% aimeraient que le gouvernement assure la stabilité et ne veulent aucun « changement drastique »

L'indice des attentes sociales est tombé à -39 points ce mois. Il y a un an, il était de -3 points. Cet indicateur montre le niveau d’optimisme des Russes pour l'avenir de leur pays (le minimum est de -100 points, le maximum 100 points). 40% des sondés disent que le temps le plus dur pour la Russie est à venir, 27% pensent qu'il est déjà passé, et un quart des personnes interrogées estiment que le pays est en train de le vivre. 

L'indice d'évaluation des vies personnelles reste élevé (79 points sur 100). 88% des Russes voient leur vie personnelle d'un œil positif. Seuls 9% estiment que tout va mal. 

Source : Kommersant 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.