L’Inde pourrait remplacer les Rafale par des chasseurs russes

L’Inde envisage de renoncer à l’achat de 126 chasseurs multirôles français Rafale en raison d’un coût plus élevé que prévu, écrit lundi l’agence TASS, se référant au quotidien indien Business Standard.

« Le ministère de la Défense (indien, ndlr) répondra à la proposition du français Dassault Aviation par un « non ». La raison est le coût final s’élevant à plus de 20 milliards de dollars », a indiqué un représentant du comité de négociation, cité par la source.

Selon ce dernier, le contrat a été examiné en détail.  Comme il a été établi que le prix des avions était supérieur à celui initialement prévu, aucun officiel indien ne prendra la responsabilité d’approuver le contrat dont le prix s’élève à 20 milliards de dollars. 

« La décision sur le vainqueur de l’appel offres a été basée sur l’offre commerciale faite par Dassault. Toutefois, lorsque la compagnie française a fourni tous les détails de la transaction, il s’est avéré que le prix réel des Rafale était beaucoup plus important que celui initialement annoncé », a expliqué l’interlocuteur du quotidien.

Il a reconnu que ce quiproquo était en partie lié à l’absence d’expérience suffisante chez l’Inde en matière d’organisation d’appels d’offres similaires.

Parmi les éventuelles alternatives aux chasseurs français, les autorités indiennes  examinent les Su-30MKI russes, précise de son côté l’agence Lifenews. Des appareils de ce type équipent déjà l’armée indienne, si bien que les pilotes maîtrisent leur utilisation. En outre, la dévaluation du rouble a rendu compétitif le prix des appareils russes.

Certains experts lient le refus formulé par le ministère indien de la Défense à la situation relative aux navires de guerre Mistral destinés à la Russie. Suite au gel de la livraison de ces porte-hélicoptères par la France, l’Inde pourrait redouter la non-exécution de sa commande.

En 2012, Dassault a remporté l'appel d'offres indien pour 126 avions de chasse, estimé à 10 milliards de dollars.   

Source : TASS, Lifenews 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.