Financement du terrorisme : l’Onu adopte une résolution proposée par Moscou

Le Conseil de sécurité de l’Onu a approuvé jeudi à l’unanimité un projet de résolution proposé par la Russie, dont le texte prévoit de couper les fonds destinés aux terroristes de l’État islamique (EI), au Front Al-Nosra et à d’autres groupuscules liés à la nébuleuse Al-Qaïda. Il s’agit de la première victoire diplomatique majeure de Moscou aux Nations unies depuis le début du conflit en Ukraine et de la détérioration des relations avec l’Occident.

Selon le représentant permanent de la Russie à l’Onu, Vitali Tchourkine, l’adoption de ce document témoigne de la capacité de la communauté internationale à agir de concert contre les menaces globales.

Le texte du document appelle à s’abstenir de toute « transaction pétrolière directe ou indirecte » avec les organisations extrémistes mentionnées. Le document s’étend également à d’autres sources de revenus des extrémistes, notamment le trafic d’antiquités volées en Irak ou en Syrie et les rançons. Toute implication dans ces schémas sera qualifiée de soutien au terrorisme, stipule la résolution.

Le Comité spécial du Conseil de sécurité de l’Onu en charge des sanctions examinera d’urgence la question de l’inscription sur sa liste noire des individus et organisations impliqués dans ce genre d’opérations.  

Vitali Tchourkine a souligné que la résolution jetait les bases législatives de la lutte contre le financement de l’État islamique, précisant que la capacité de torpiller les piliers financiers de l’activité terroriste au Proche-Orient dépendait du respect de ce document par les États.

Réalisé à partir d’articles publiés par les agences TASS et RIA Novosti 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.