Crise : la moitié des médias russes pourraient mettre la clé sous la porte

Suite à la situation économique complexe que traverse la Russie, près de la moitié des médias du pays pourraient fermer d’ici fin la de l’année en cours, a déclaré dans une interview au quotidien Rossiyskaya Gazeta le vice-ministre russe des Communications et de Médias Alexeï Voline.

La chute de la devise nationale a frappé de plein fouet la presse écrite, les coûts d’impression ayant augmenté de manière significative. D’autre part, le volume de la publicité devrait connaître en 2015 une chute de 30-50%, selon les prévisions du ministère. Les prix de la presse écrite devraient quant à eux connaître une augmentation comparable.  

Pour stabiliser la situation, il est nécessaire de rendre le marché publicitaire plus libre et plus flexible. Il convient, notamment, d’examiner la possibilité d’autoriser à nouveau la publicité pour le tabac et l’alcool, antérieurement interdite dans les médias, a expliqué M. Voline.

« Il existe deux moyens de soutenir les médias : octroyer des fonds budgétaires ou autoriser à gagner de l’argent grâce à la publicité ». Faute de moyens budgétaires, il faut opter pour la seconde possibilité, a indiqué le vice-ministre.

L’initiative visant à autoriser les médias russes à faire de la publicité pour le tabac et l’alcool a été avancée fin novembre. Fin décembre dernier, la Douma (chambre basse du parlement russe) a autorisé, quoiqu’avec certaine restrictions, la publicité pour les vins russes dans les médias.

Source : Meduza 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.