Crise : la moitié des médias russes pourraient mettre la clé sous la porte

Suite à la situation économique complexe que traverse la Russie, près de la moitié des médias du pays pourraient fermer d’ici fin la de l’année en cours, a déclaré dans une interview au quotidien Rossiyskaya Gazeta le vice-ministre russe des Communications et de Médias Alexeï Voline.

La chute de la devise nationale a frappé de plein fouet la presse écrite, les coûts d’impression ayant augmenté de manière significative. D’autre part, le volume de la publicité devrait connaître en 2015 une chute de 30-50%, selon les prévisions du ministère. Les prix de la presse écrite devraient quant à eux connaître une augmentation comparable.  

Pour stabiliser la situation, il est nécessaire de rendre le marché publicitaire plus libre et plus flexible. Il convient, notamment, d’examiner la possibilité d’autoriser à nouveau la publicité pour le tabac et l’alcool, antérieurement interdite dans les médias, a expliqué M. Voline.

« Il existe deux moyens de soutenir les médias : octroyer des fonds budgétaires ou autoriser à gagner de l’argent grâce à la publicité ». Faute de moyens budgétaires, il faut opter pour la seconde possibilité, a indiqué le vice-ministre.

L’initiative visant à autoriser les médias russes à faire de la publicité pour le tabac et l’alcool a été avancée fin novembre. Fin décembre dernier, la Douma (chambre basse du parlement russe) a autorisé, quoiqu’avec certaine restrictions, la publicité pour les vins russes dans les médias.

Source : Meduza 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies