Pour les Français, la Russie est avant tout une culture, pas un agresseur

L’opinion des Européens sur l’Ukraine et les sanctions visant la Russie ne coïncide pas toujours avec la position officielle de leurs autorités. Selon l’écrivain Marek Halter, les Français, pour qui la Russie est avant tout une culture, ne comprennent pas la position « antirusse » de leur gouvernement.

Selon un sondage réalisé par ICM Research pour le compte de l’agence de presse russe Rossiya Segodnya, 83% des Français sont au courant de la crise qui dévore l’Ukraine. Toutefois, seuls 36% des sondés soutiennent l’ingérence de l’UE dans la situation en Ukraine. 57% d’entre eux se prononcent en faveur de l’octroi d’une aide humanitaire à l’Ukraine, 39% veulent que Bruxelles y dépêche un contingent de paix et 8 % considèrent que l’UE devrait accorder un crédit à Kiev. Seuls 7% des personnes interrogées ont soutenu la livraison d’armes dans ce pays secoué par une guerre civile.

Marek Halter, écrivain et essayiste engagé pour la cause des droits de l'homme, assure qu’aux yeux des Français, la Russie est avant tout une culture. Tout le monde y connaît Tolstoï et Dostoïevsky, Tchekhov et Malevitch. « Pour nous, la Russie est une culture européenne. Pour cette raison, les Français ne se sentent pas libres lorsque notre gouvernement et les États-Unis s’unissent contre la Russie, en disant : ce que les Russes font est mauvais, ils font tort aux pauvres Ukrainiens », a indiqué sur les ondes de la Voix de la Russie M. Halter, dont les propos ont été retraduits du russe.

Selon lui, la guerre froide n’avait pas opposée la France à la Russie. C’était un conflit entre les États-Unis et l’URSS. Il se peut qu’aux yeux des Américains cette guerre se poursuive, mais pas pour les Français, a ajouté Marek Halter.

L’enquête d’ICM Research a été réalisée du 17 au 28 septembre auprès de 3.006 habitants d’Allemagne, de Grande-Bretagne et de France. ICM est membre du British Polling Council et se plie à ses règles de divulgations.

Source : RIA Novosti

Contenu partenaire

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.