Les Russes craignent plus les migrants que la guerre civile

Le 19 août, le Centre panrusse d'étude de l'opinion publique (VTsIOM) a publié les résultats du sondage portant sur les dangers que les Russes considèrent comme réels et ceux qu’ils perçoivent plutôt comme imaginaires.

Les résultats de l’enquête montrent que 27 % des sondés estiment que le plus gros danger auquel la Russie est exposée est l'immigration des représentants d'autres ethnies. VTsIOM souligne, par ailleurs, que ce pourcentage a été divisé par deux depuis 2005.

Les actes terroristes figurent en deuxième position sur la liste des dangers redoutés par les Russes. Sur fond de baisse des craintes de dangers intérieurs, les citoyens russes sont de plus en plus nombreux à juger possible une guerre contre un pays voisin. En une seule année, leur pourcentage est passé de 10 % à 23 %, atteignant le niveau proche de celui enregistré en 2005, analyse VTsIOM.

L’écologie préoccupe également les Russes : 21 % des sondés jugent qu’une catastrophe de ce genre est tout à fait probable (contre 28% en 2013). Parmi les problèmes d’ordre écologique réels, les Russes citent l'épuisement des ressources en pétrole et en gaz, les chutes de météorites et autres menaces spatiales ainsi que les grandes épidémies.

Les dangers les moins redoutés par les Russes sont la révolution, la guerre civile, la désintégration du pays et l’arrivée des fascistes au pouvoir. Ces craintes sont exprimées par moins de 10 % des personnes interrogées.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.