La Russie et l’Ukraine discutent des mesures de sécurité dans le Sud-Est du pays

Vladimir Poutine et Petro Porochenko ont discuté au téléphone des moyens possibles de désamorcer le conflit dans le Sud-Est de l’Ukraine et de garantir la sécurité des journalistes étrangers en mission dans le pays.

« Au cours d’un entretien téléphonique, les deux présidents ont discuté d’un éventuel cessez-le-feu dans la zone des combats au Sud-Est de l’Ukraine », a déclaré le responsable de presse du président russe, Dmitri Peskov. Il a informé que le président russe a « exprimé son inquiétude au sujet de la disparition tragique des journalistes à proximité de Lougansk et a attiré l’attention sur la nécessité de garantir la sécurité absolue des journalistes ».

Le sort des correspondants faisant l’objet d’instructions a été discuté séparément. « Le président ukrainien Petro Porochenko a exhorté le président russe à faciliter la libération de tous les journalistes et militants détenus », a déclaré le responsable de presse du président ukrainien, Sviatoslav Tsegolko sur sa page Facebook. Toutefois, il ne précise pas de quels journalistes et militants il s’agit.

Ensuite, le président ukrainien s’est entretenu au téléphone avec la chancelière allemande Angela Merkel et a évoqué la démarcation unilatérale des frontières avec la Russie comme l’une des mesures pour rétablir l’ordre.

« Cette décision lancera toute une série de nouveaux scandales. Il suffira de poser une borne-frontière pour que l’autre partie dise qu’elle doit se trouver à 10 ou 50 m plus à gauche ou plus à droite, pour qu’elle casse la borne, etc. Il est donc plus facile d’annoncer une démarcation unilatérale que de la réaliser », a expliqué le politologue russe Dmitri Orechkine.

Le directeur du Comité des Affaires Internationales de la Douma Alexeï Pouchkov a rappelé qu'une démarcation unilatérale est illégale et que la création d’une commission bilatérale est nécessaire pour accomplir une telle procédure.

Les experts estiment que la relation qu'entretiennent actuellement Porochenko et Poutine ne permet pas de rétablissement des relations bilatérales. « Malheureusement, les discussions entre les deux présidents ne portent que sur les situations d’urgence et ne s’établissent pas au niveau permanent », nous a expliqué le chercheur de l’Académie russe des sciences Andreï Piontkovsky.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.